Comment le Covid-19 influence les résultats du foot

Un stade de football vide - BELGA IMAGE/DPA
Un stade de football vide - BELGA IMAGE/DPA
Teaser

Les stades vidés pour raisons sanitaires ont permis d'examiner l'influence des supporters sur les scores des matchs. Celle-ci est considérable.

Le 16 mai dernier, le championnat allemand de football a été le premier à reprendre le chemin des pelouses en pleine pandémie de coronavirus. Après trois mois d'arrêt, les joueurs sont soulagés de retrouver le ballon rond, les fans de retrouver leur équipe favorite, même s'ils doivent se contenter de les revoir jouer à la télévision. Car, pour éviter une hausse des contaminations au Covid-19, le huit-clos est désormais la norme en football. Le silence laissé par les tribunes vides rend le spectacle étrange. Et les figures en carton, bruitages et autres artifices n'y changeront rien: le football est bien triste sans ses supporters. L'occasion de mesurer l'impact de ces derniers sur la performance sportive.

L'avantage du domicile

La reprise de la Bundesliga s'est donc transformée en une grande expérience qui a permis de montrer que l'avantage du match à domicile n'est pas seulement dû à la familiarité avec le terrain, remarque The New York Times, mais aussi et surtout, aux supporters. Sans eux, les performances des équipes à domicile se sont effondrées. Le nombre de victoires à domicile a chuté, passant de 43% de matchs gagnés dans des stades pleins à 33% dans des stades vides.

Par contre, il est apparu parfois plus facile de jouer à l'extérieur. Sans la pression des supporters adverses, L'Avenir a noté une hausse des succès de 10% par rapport aux chiffres précédant l’arrêt de la compétition.

Moins de buts

Dans le monde du foot post-Covid, les équipes sont également moins prolifiques. Les équipes à domicile ont marqué moins de buts que dans les stades complets (1,74 contre 1,43 par match), selon le cabinet d'analyse Gracenote, cité par le quotidien new-yorkais. Elles ont également effectué moins de tirs, et de moins bonne qualité.

Arbitrage plus sévère

L'impact d'une foule sur l'arbitrage a pu également être observé. Un nombre considérable de recherches universitaires ont longtemps suggéré que « tout ou une partie de l'avantage du domicile » est dû au fait que « les décisions de l'arbitre sont inconsciemment en faveur de l'équipe locale », a souligné Simon Gleave, responsable de l'analyse sportive de Gracenote. Ce que l'expérience allemande confirme: les équipes locales ont davantage été pénalisées dans les stades vides que dans les stades pleins. Sans foule pour le huer, l'arbitre n'a plus peur de sortir son carton jaune.

L'arbitre sort un carton jaune lors d'un match de foot

© BELGA IMAGE/IMAGO

Moins de spectacle, plus de football

Si la qualité du jeu reste inchangée, selon Lukas Keppler, directeur général de la société de données et d'analyse Impect, on note, depuis la reprise, en moyenne seize passes de plus qu'avant. Un signe, d'après Simon Gleave, que les joueurs, inconsciemment ou non, choisissent de passer le ballon plutôt que de tenter des actions qui, normalement, feraient bondir les supporters.

Alors qu'il a pu assister à un match samedi dernier, le journaliste sportif Stefan Frommann de Die Welt a noté un changement: « il y a plus de football, moins de spectacle. Ici, personne ne joue de rôle, si ce n’est celui du footballeur ». Le journaliste applaudit ainsi le vrai sport, sans exagération, ni comédie. Le football a perdu ses spectateurs, mais il a gagné en honnêteté

Sur le même sujet

Plus de Actu

Les plus lus