ONPC: 14 ans de clashs mémorables

Laurent Ruquier dans On n'est pas couché - BELGA IMAGE/MAXPPP
Laurent Ruquier dans On n'est pas couché - BELGA IMAGE/MAXPPP
Teaser

Clap de fin pour « On n'est pas couché ». Après quatorze années de bons et loyaux services sur France 2, l'émission de Laurent Ruquier tire sa révérence ce samedi. L'occasion de revenir sur les « vifs échanges » qui ont fait la célébrité du talk-show.

Anne Dorval et Eric Zemmour

« Je ne peux pas croire ce que j'entends! » En 2014, Anne Dorval, muse du réalisateur Xavier Dolan, découvre Eric Zemmour, ancien chroniqueur phare de l'émission, invité sur le plateau à l'occasion de la sortie de son livre Le suicide français. Devant les propos misogynes et homophobes du polémiste, l'actrice québécoise ne peut contenir son indignation et réplique. Laurent Ruquier et Aymeric Caron prennent sa défense. Seul contre tous, Eric Zemmour s'enfonce dans ses « bêtises », face auxquelles Daniel Cohn-Bendit réagit: « Là, c'est le suicide Zemmour en plein vol ».

Aymeric Caron et Yann Moix

Fin 2017, Aymeric Caron passe à son tour sur le fameux fauteuil de l'invité. Et l'échange devient rapidement tendu lorsque Yann Moix aborde la question de la création de l'Etat d'Israël, brièvement citée dans le livre Utopia XXI de l'ex-chroniqueur. « Vous avez le droit de ne pas être d'accord Yann, mais ce n'est pas une raison d'insinuer que j'aurais des visées antisémites », déplore l'écrivain. Yann Moix réfute cette accusation, assurant qu'il voulait « un débat sur le fond », mais qualifie tout de même Aymeric Caron de « malhonnête » et « dangereux ».

Michaël Youn et ONPC

Face aux critiques peu tendres du duo iconique Eric Zemmour et Eric Naulleau à l'égard du premier roman de Mathilda May, Michael Youn, lui aussi sur le plateau, interrompt le massacre et s'interroge sur la légitimité et la sincérité des deux chroniqueurs. Comment faire la différence entre la critique honnête et du spectacle? Rarement la nature même de « On n'est pas couché » n'a été ainsi interrogée pendant l'émission.

Sandrine Rousseau et Christine Angot

C'est un échange qu'il ne faut pas réduire à un vulgaire clash télé. En 2017, les téléspectateurs assistent à la rencontre de deux souffrances. Celle de l'élue écologiste Sandrine Rousseau venue son livre Parler, un plaidoyer pour libérer la parole des victimes de violences sexuelles où elle évoque sa propre histoire. Et celle de la chroniqueuse Christine Angot, victime d'inceste durant son enfance. Les deux victimes s'opposent dans un débat douloureux, les mains tremblantes et la gorge pleine de larmes, où l'une veut encourager les victimes à s'exprimer et l'autre rétorque qu'« il n'y a personne pour nous entendre ». Au lieu de détendre l'atmosphère, Yann Moix remet de l'huile sur le feu et réduit l'histoire de Sandrine Rousseau à un « discours ». « Vous n'imaginez pas la violence de ce que vous dites », rétorque la femme politique en pleurs.

Ils quittent le plateau

Excédés par la teneur des débats, de nombreux invités ont décidé de quitter le plateau en pleine émission. On retiendra le doublé de Bernard Tapie et de Muriel Robin dans la première saison en 2006. Après le départ du businessman, l'humoriste à fleur de peau lui emboîte le pas, avant même que Laurent Ruquier ne puisse faire la promo de son DVD. Des années plus tard, elle confiera qu'elle était à l'époque en plein burn-out.

Sur le même sujet

Plus de Médias