La culture pop tente de « déblanchir » son image

Apu et son fils dans les Simpsons - Fox
Apu et son fils dans les Simpsons - Fox
Teaser

A l'instar des Simpsons, plusieurs séries animées vont arrêter de faire appel à des acteurs blancs pour doubler les personnages de minorités ethniques. Les marques de cosmétiques qui vendent des produits pour blanchir la peau font elles aussi un examen de conscience.

Après trente ans de bons et loyaux services, les Simpsons vont faire peau neuve. Enfin, à petite dose... Les producteurs de la série animée ont en effet décidé d'arrêter de demander à des acteurs blancs de doubler des personnages de minorités ethniques.

Personnage particulièrement concerné, Apu, l'épicier d'origine indienne, déjà taxé de véhiculer des stéréotypes racistes, ne sera plus doublé par l'acteur américain Hank Azaria, mais un acteur d'origine indienne. Ce sera aussi le cas du personnage afro-américain Dr Hibbert qui était doublé par Harry Shearer (lequel s'occupe d'autres personnages de la série comme Mr Burns...). Une petite révolution ? Disons plutôt un geste moins anodin qu'il n'y paraît.

Cette décision suit en tout cas celle qu'ont pris les producteurs de la série Family Guy (elle aussi sur la Fox), Big Mouth sur Netflix et Central Park sur Appel TV +. Une manière aussi d'ouvrir la porte à des acteurs issus de minorité ethnique. Cette pratique n'étant par ailleurs pas sans rappeler, finalement, celle qui consistait à faire jouer des rôles de personnages noirs par des acteurs blancs au début du XXe siècle...

L'Oréal - AFP

Cosmétiques chic

Dans le même ordre d'idée, les grandes marques de cosmétique ont décidé de se déblanchir la peau. En tout cas dans les mots... L'Oréal a ainsi décidé de ne plus utiliser les mots « blanchissant », « clair » dans leurs publicités et sur leurs boîtes. D'éviter, en somme, de faire la promotion de la « blancheur » comme idéal à atteindre. La section indienne de la marque hollandaise Unilever fait de même pour ses crèmes « éclaircissantes » qui sont prisées par les stars de Bollywood. L'une d'elles, Priyanka Chopra, avait été prise à partie sur les réseaux sociaux pour avoir soutenu le mouvement Black Lives Matter tout en gardant son rôle d’ambassadrice pour cette marque...

Car c'est bien du mouvement Black Lives Matter que le changement vient. Alors que toutes ces marques montraient leur soutien à la cause noire par des posts sur les réseaux sociaux, il leur a été gentiment rappelé que dire « je suis avec vous » était bien joli, mais les gestes disaient bien plus. Cela a poussé L'Oréal et Unilever de faire un nettoyage de surface, si on peut dire, mais cela ne change rien au fait qu'elles continuent de vendre des produit pour éclaircir la peau, pratique encore considérée comme le chic absolu.

Belga

Une contradiction que la marque américaine Johnson & Johnson a bien compris, elle qui a décidé d'interdire purement et simplement la vente de substance éclaircissant la peau pour les marchés asiatiques et moyen-orientaux. « Le débat des dernières semaines a mis en évidence le fait que certains noms ou promesses figurant sur nos produits Neutrogena et Clean & Clear visant à réduire les taches représentaient la blancheur ou la clarté comme étant meilleures que votre teint, unique », explique le groupe dans un communiqué. « Cela n’a jamais été notre intention : une peau en bonne santé, c’est ça, une belle peau ».

Le monde des marques commerciales n'a jamais été exempt de dérives racistes (souvenez-vous des biscuits « bamboula »...) ou du moins, qui perpétuent les stéréotypes raciaux. Certaine d'entre elles, surtout américaines, réfléchissent à changer leur identité visuelle. C'est le cas de Quaker Oats (filiale de PepsiCo), qui va bientôt se débarrasser de sa Tante Jemima, et de Mars, qui dit réfléchir à faire évoluer son célèbre Oncle Ben’s. Tout cela fait en tout cas dire que ces stéréotypes raciaux sont bien ancrés dans notre société, à tel point qu'on ne les voit plus...

Uncle Bens - Belga

 

Notre Selection