Les pays qui ont le mieux géré la crise du coronavirus, selon leurs habitants

Unplash/United Nations COVID-19 Response
Unplash/United Nations COVID-19 Response
Teaser

Les citoyens d'une cinquantaine de pays ont jugé la réponse de leurs gouvernements respectifs contre la pandémie de Covid-19. Et la Belgique n'atteint pas la moyenne.

Bien que le virus n'ait pas disparu, l'heure est au bilan. Quels pays se sont affichés en modèles de la lutte contre le coronavirus? Qui sont les cancres? Une enquête menée par la fondation Alliance of Democracies dans 53 pays, auprès de 120.000 citoyens, a dressé un classement, du meilleur au pire. Et le résultat réserve quelques surprises.

En tête de liste, parmi les pays démocratiques, la Grèce (89%), Taiwan, l'Irlande (87%), l'Australie, le Danemark et la Corée du Sud (86%) pensent que leurs gouvernements respectifs ont très bien répondu à la pandémie. À l'opposé, le mécontentement se fait ressentir au Brésil (34%) et au Chili (39%), où la pandémie progresse encore, ainsi qu'en France (46%) et en Espagne (50%). En moyenne, 70% des citoyens sont satisfaits de la gestion de la crise dans leurs pays. La Belgique, elle, se place à la 38e place, avec 60% de satisfaction, soit en-dessous de la moyenne, juste devant le Royaume-Uni, pays européen le plus endeuillé.

Quels pays ont le mieux géré la crise du coronavirus

À travers les 53 pays étudiés, environ la moitié de la population a l'impression que son pays a appliqué la « bonne quantité » de restrictions, tandis que 28% pensent que leur gouvernement n'a « pas fait assez » et seulement 17% pensent que leur gouvernement en a « trop » fait.

Chine 1 - États-Unis 0

Publié lundi, le sondage s'est également concentré sur la gestion de la Chine et des États-Unis. Coupable préféré de Donald Trump, le berceau de la pandémie est pourtant mieux perçu, par la grande majorité des citoyens, que le pays de l'Oncle Sam. Seuls deux pays (le Japon et les États-Unis eux-mêmes) pensent que la réponse américaine face au Covid-19 était meilleure que celle de la Chine.

Déficit démocratique

« Le Covid-19 est également un test décisif pour la démocratie », indique Anders Fogh Rasmussen, le fondateur de l'organisation Alliance of Democracies et ancien secrétaire général de l'OTAN. « La démocratie est toujours vivante dans le cœur et l'esprit des gens du monde entier, mais cette étude met en évidence une déconnexion entre les citoyens et leurs gouvernements. » En effet, chaque pays représenté montre un « déficit démocratique », c'est-à-dire un écart entre le pourcentage estimant que la démocratie est importante et ceux qui se sentent vivre dans un pays démocratique. En d'autres termes, l'étude constate qu'aucun gouvernement ne répond aux attentes démocratiques de leurs citoyens. Les plus grands déficits sont enregistrés au Venezuela (50%), en Pologne (48%) et en Hongrie (42%). En Belgique, seuls 56% des citoyens pensent que notre pays est démocratique.

Pour Anders Fogh Rasmussen, ancien Premier ministre danois, la crise sanitaire doit servir de « signal d'alarme » aux dirigeants démocratiques du monde entier: « Les citoyens veulent plus de démocratie et de liberté après le Covid-19. »

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection