Grâce au confinement, TikTok joue dans la cour des grands

BELGA IMAGE
BELGA IMAGE
Teaser

Le réseau social chinois n'est plus seulement réservé aux adolescents. Boostée pendant le confinement, l'application a également conquis le coeur de leurs parents. Le combat n'était pourtant pas gagné.

C'était en 2008. Une application totalement inconnue du grand public vient de détrôner Facebook, Instagram, Snapchat et WhatsApp. Son nom? TikTok. Son principe? Créer et partager des courtes vidéos de danse, de chant, d'humour… Aux yeux de celles et ceux qui ne l'utilisent pas, son succès reste pourtant un mystère. Devenu très rapidement une référence chez les jeunes adolescents, le réseau social chinois, créé par le groupe ByteDance, est vu d'un mauvais oeil par leurs parents et les médias. Les critiques fusent, pointant du doigt la faible protection des données des utilisateurs, une hypersexualisation précoce, des faits de cyberharcèlement ainsi que la présence de prédateurs sexuels.

Deux ans plus tard, bien qu'il reste imparfait - comme tous les autres réseaux sociaux -, TikTok n'est plus aussi snobé par les plus de 25 ans. Ils sont d'ailleurs nombreux à avoir succombé à la tentation pendant le confinement. Résultat: la crise du Covid-19 lui a fait franchir un nouveau seuil de popularité. L'appli dépasse désormais les 2 milliards de téléchargements à travers le monde, avec un record au premier trimestre de l'année 2020 de 315 millions téléchargements, contre moins de 200 millions le trimestre précédent. Chez les enfants de 4 à 15 ans, elle est même en passe de détrôner le monstre YouTube.  

Une appli pas comme les autres

Pour braver l'ennui ou retrouver du lien social, les millennials et les boomers se sont donc prêté au jeu des challenges qui émergent régulièrement sur la plateforme. Une fois, il s'agira de suivre le chorégraphie du nouveau tube de Drake, puis de se saluer avec les pieds ou encore de changer d'apparence entre deux coups de chiffons. En cette période particulièrement anxiogène, TikTok est vu comme un outil de divertissement sans prise de tête. Le digne héritier de Vine. « Les vidéos sont généralement plutôt légères et humoristiques. Avec toutes les informations négatives qu’on entend ailleurs, les gens ont besoin de cela en ce moment », confiait récemment à l'AFP Debra Aho Williamson, analyste du cabinet eMarketer. Les plus drôles se retrouvent ensuite sur Instagram ou rassemblées dans des compils sur YouTube. Preuve de l'influence du réseau social.    

Virage engagé

Dédié aux esprits créatifs - et à celles et ceux qui les imitent -, le réseau social accueille désormais des stars, des médias, des marques et même… la politique. Après avoir transformé l'industrie musicale, l'appli, toujours dominée par les ados, rafraîchit le militantisme depuis la mort de George Floyd et les manifestations contre les violences policières qui en ont découlé autour du globe. Les vidéos évoquant le mouvement #BlackLivesMatter cumulent près de 10 milliards de vues. Exit le playback et la danse. Les jeunes utilisateurs expriment leur colère, prodiguent des conseils en vue des futures protestations, partagent des messages engagés et se mobilisent, avec toujours autant de créativité.

La plateforme a même utilisé son arme fétiche pour lutter contre le racisme: les challenges. Avec Check Your Privilege, par exemple, il met en lumière les différences de traitement en fonction de la couleur de peau. Le Vogue Challenge, lancé par le célèbre magazine, invite les minorités à investir la cover souvent peu représentative en terme de diversité. À mi-chemin entre le divertissement et l'information, TikTok va-t-il créer une nouvelle génération de militants?

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection