Contrôle parental: des outils pour protéger vos enfants

Adobe
Adobe
Teaser

Impossible de surveiller tout ce que font les plus jeunes sur leur smartphone. Mais il existe néanmoins des solutions permettant d’encadrer leur utilisation. Voici comment les mettre en place.

Ultra-connectée, la nouvelle génération passe en moyenne plus de 3 heures par jour devant un écran et consulte son smartphone plus de 150 fois par jour. 90 % des jeunes sont inscrits sur un réseau social. Si l’interdiction totale du smartphone ou de la tablette n’est pas une solution en soi, il est néanmoins recommandé de limiter leur temps passé devant chaque type d’écran. Y compris la télévision, bien que celle-ci soit délaissée par les plus jeunes. Selon Yapaka, le programme de prévention de la maltraitance mené à l’initiative du ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles, un enfant ne devrait pas être placé devant un écran avant ses 3 ans. Les jeux vidéo devraient être réservés aux enfants de plus de 6 ans. La découverte d’Internet seul n’est pas à envisager avant 9 ans. Et les réseaux sociaux ne devraient être autorisés qu’à partir de 12 ans. Bien que de nombreuses plateformes, notamment Snapchat, TikTok et Instagram, interdisent (en théorie) la création d’un compte avant 13 ans. Fort heureusement, il existe une multitude d’outils, parfois préinstallés sur nos appareils, qui ne demandent qu’à être activés.

Android

Le système d’opération de Google, utilisé par Samsung, OnePlus ou Huawei, propose Family Link, une application qui permet de surveiller ce que font les enfants ou les adolescents sur leur appareil Android et définir certaines règles de base concernant leur utilisation. Si votre enfant dispose d’un appareil compatible (les smartphones et tablettes fonctionnant sous Android 7.0 Nougat sont pris en charge), vous pourrez surveiller depuis votre téléphone son temps d’utilisation et fixer une limite, grâce à un rapport d’activité qui vous indiquera combien de temps est passé sur chaque application. Family Link permet également d’approuver ou de bloquer le téléchargement d’applications sur le Google Play Store, ainsi que les achats intégrés, pratique pour éviter les surprises sur vos relevés de carte de crédit. Dans les cas les plus extrêmes, Family Link offre la possibilité de verrouiller à distance le téléphone de l’enfant. Enfin, l’application vous indiquera en permanence où il se trouve, grâce à la géolocalisation. À noter que Family Link existe également sur iOS. Les familles qui possèdent à la fois des appareils Android et des appareils Apple pourront donc profiter des mêmes outils, ce qui facilite la gestion pour les parents.

iOS

Du côté d’Apple, pas besoin d’installer la moindre application: le contrôle parental et l’outil “Temps d’écran” sont directement intégrés au système d’opération. En effet, depuis iOS 12, la marque à la pomme permet de superviser à distance l’utilisation de l’iPhone ou de l’iPad d’un enfant. Les options sont sensiblement les mêmes que sur Android, et sont à retrouver dans les réglages de l’appareil du chef de famille sous le menu “Temps d’écran”. Vous pourrez contrôler les achats, autoriser ou interdire certaines applications, limiter le temps d’utilisation, définir un programme de temps sans écran et restreindre les contenus explicites. Cette dernière option vous permet de limiter l’accès aux sites pornographiques, ou à tout autre site que vous jugez inadapté. Toujours dans les réglages, en cliquant sur votre nom tout en haut de l’écran, vous accéderez à vos préférences iCloud. C’est là que vous pourrez créer un compte “enfant”, en vous rendant dans la section “Partage familial”. Sur iOS, une famille peut comporter jusqu’à six personnes. Et tous les achats effectués sur l’App Store ou sur iTunes peuvent être partagés, tout comme les abonnements à Apple Arcade, Apple Music et Apple TV+.

Les applications tierces

Les boutiques d’applications regorgent de solutions gratuites et payantes, offrant à peu de chose près les mêmes options qu’Apple ou Google. Mais si vous estimez que les outils de restriction proposés par les deux entreprises sont trop limités, vous pouvez vous tourner vers FamilyTime ou Qustodio, deux applications populaires qui disposent d’offres premium donnant accès à plus de fonctionnalités. Attention cependant, les abonnements coûtent assez cher (de 43 à 107 euros par an pour Qustodio, et de 29 à 74 euros par an pour FamilyTime).

Les réseaux sociaux

À l’heure actuelle, seul TikTok propose un mode “famille”, permettant aux parents d’assurer une expérience optimale à leurs enfants au sein de l’application. Il y est possible de gérer le temps d’écran, de limiter l’envoi et la réception de messages privés et d’activer un mode restreint, qui limitera le type de contenu diffusé dans le flux principal. Malheureusement, les autres réseaux sociaux populaires auprès des plus jeunes, comme Snapchat ou Instagram, se contentent simplement de fournir des guides favorisant la discussion ou des foires aux questions censées répondre aux inquiétudes des parents. Sur parents.instagram.com, vous retrouverez entre autres un “moteur de conversation”, soit 10 questions à poser à vos ados afin de leur garantir une expérience positive sur Instagram. Autrement dit, on vous conseille vivement de vous rabattre sur les outils d’Apple ou de Google, voire sur une application tierce. Car si Instagram indique dans son guide baptisé “Comment parler d’Instagram à vos ados” que “des recherches ont démontré que de nombreux parents s’inquiètent pour la sécurité de leurs ados en ligne”, les outils de prévention permettant de rassurer les parents se font toujours attendre. 

Plus de Tendances

Les plus lus

Notre Selection