Belgique, Espagne, Italie : déconfinements parallèles

Teaser

Trois pays européens, trois stratégies de sorties de la crise du Covid-19 tout aussi progressives mais différentes. Chez nous, on commence par le sport et les merceries. L’Espagne, plus stricte, va seulement laisser les enfants sortir et en Italie, on va pouvoir revoir sa famille mais pas question de rouvrir les écoles.

D’ici une semaine, la Belgique va commencer son déconfinement, mais tout doucement, et seulement si tout va bien d’ici là. En effet, il faut que le nombre de nouvelles hospitalisations quotidiennes continue de diminuer.

Ces derniers jours, cet indicateur a stagné autour des 200 et est même remonté un jour, ce qui a notamment inquiété Marc Van Ranst, qui s’est exprimé sur le sujet sur VTM. Selon lui, il faudrait attendre que ce nombre d’hospitalisations passe sous la barre des 100. Heureusement, ce samedi, il était à 189 et même à 127 ce dimanche.

Si cette tendance se poursuit, nous pourrons entamer la phase A dès le 4 mai: possibilité pour les entreprises qui ne peuvent pas appliquer la distanciation de travailler avec masques et autres mesures, ouverture des magasins de tissus et merceries, accès graduel aux soins de santé, généraux et spécialisé, activité physique et sportive permise avec deux personnes…

Les enfants délivrés

Mais nous ne serons pas les seuls à faire les premiers pas sur le chemin vers un retour à la vie normale. Les deux pays européens les plus touchés se lanceront dans le déconfinement aussi, mais avec des vitesses et choix bien différents de ceux de notre Conseil National de Sécurité.

Le premier, c’est l’Espagne.  Depuis hier, le gouvernement de Pedro Sanchez a commencé à légèrement lâcher les rênes : les enfants de moins de 14 vont pouvoir respirer et sortir chez eux. Depuis plusieurs semaines, ceux-ci devaient rester cloitrés entre quatre murs. Et dès le samedi 2, « si l'évolution de la pandémie continue dans un sens positif » précise le Premier ministre, le sport individuel en extérieur ou les promenades de personnes vivant sous le même toit, seront autorisées.

En effet, le coronavirus ayant frappé le pays de plein fouet, le confinement espagnol a été bien plus strict que le nôtre : seuls les adultes étaient donc autorisés à sortir de chez eux et pour des cas bien précis : travailler en cas de télétravail impossible, faire des courses, aller à la pharmacie, se faire soigner ou sortir rapidement leur chien.

Les écoles resteront fermées

Le 4 mai, l’Italie, dont il n’est plus nécessaire de détailler le triste sort, accompagnera la Belgique dans ce début de déconfinement. Là-bas, il sera à nouveau permis de circuler au de-là de son quartier, tout en respectant les mesures de de distanciation, si on dispose d’une attestation de sortie et de porter un masque dans les lieux fermés. Les parcs rouvriront également et le sport individuel pourra de nouveau être pratiqué.

Les Italiens auront également la chance de retrouver leurs familles, s’ils sont dans la même région. En effet, le seul scénario où les trajets plus longs sont autorisés est celui où le domicile ou le travail sont situés dans des régions différentes du lieu de confinement. Les cérémonies de funérailles pourront aussi avoir lieu, pour 15 personnes maximum.

Mais si les Italiens ont l’air d’avancer plus vite que la Belgique sur certains points, sur d’autres, ils sont plus prudents que nous. Les entreprises de construction vont seulement pouvoir se remettre à travailler, tout comme le secteur manufacturier et le commerce de gros, avec mesures de sécurité évidemment. Et si chez nous, on compte rouvrir les écoles sous conditions strictes, en Italie, le message est clair et net : pas avant septembre.

Difficile de dire qui fait un bon choix et qui en fait un mauvais. Comme partout, les experts conseillent et les gouvernements décident. Tout ce qui compte, comme nous l’expliquait encore il y a quelques jours l’épidémiologue Yves Coppieters, c’est de respecter le confinement strictement d’ici là et d’appliquer chaque mesure à la lettre pour éviter un rebond des courbes qui pointent désormais vers le bas.

Plus de Actu

Notre Selection