Le Conseil national de sécurité dévoile ses décisions sur le déconfinement

Teaser

Le Conseil national de sécurité (CNS) s’est réuni ce vendredi 24 avril pour décider des nouvelles mesures encadrant à la crise sanitaire. Agenda du déconfinement, secteurs concernés, conditions sanitaires : voici le compte-rendu de la réunion d’aujourd’hui.

Cette fois-ci, c’est officiel : le déconfinement est en vue. Ce vendredi 24 avril, le CNS a élaboré après de longues heures de discussion un cheminement précis pour opérer le retour à la vie active. Précis, mais pas définitif. En effet, la Première ministre Sophie Wilmès a mis un point d’honneur à souligner que le plan de déconfinement pourrait être adapté en fonction de l’évolution de l’épidémie et du nombre de personnes en soins intensifs. Cela n’a pas empêché le CNS à présenter le plan de route pour les mois de mai et juin ainsi que deux objectifs : atteindre 25.000 tests par jour (voire jusque 45.000) et établir un tracing des personnes malades via un call center de 2.000 personnes.

Une première phase qui cache deux étapes

Sous réserve d’une aggravation de l’épidémie, le déconfinement se déclinera en trois phases, dont une première divisée en deux. La phase 1A est fixée au 4 mai. Ce jour-là, les entreprises ne pouvant travailler à distance pourront reprendre le travail en se conformant à toute une série de recommandations sanitaires, dont le port du masque, et en s’inspirant d’un guide général de bonnes pratiques. Les autres secteurs seront toujours en télétravail. Concernant les commerces, seuls ceux nécessaires à la confection de masques, comme les merceries, seront rouverts. L'accès aux soins de santé généraux et spécialisés sera graduellement augmenté.

Les transports étofferont leurs services mais le masque sera obligatoire à partir de 12 ans, ou avec une alternative couvrant la bouche et le nez. Cette mesure de sécurité vaudra d’ailleurs dans les lieux publics où la distance sociale ne peut être respectée. Sophie Wilmès déclare aussi que les citoyens se verront offrir une protection ainsi que deux filtres à ajouter à des masques faits maison. « Il ne faut plus toucher au masque une fois placé sur le visage. Les masques en tissu doivent être lavés à haute température », précise-t-elle.

Pour le reste, rien ne change si ce n’est que les activités physiques extérieures seront permises entre personnes du même foyer et deux autres externes à condition de respecter les distances de sécurité. Certains sports en extérieurs, comme le tennis et le kayak, seront permis s’il n’y a pas de contact et une distance de sécurité. Si une infrastructure est nécessaire, comme une douche et une cafétéria, cette autorisation tombe.

Le 11 mai devrait être la date de la phase 1B et donnera une grande bouffée d’air aux commerces qui pourront tous rouvrir, sans discrimination de taille ou de secteur. Il y aura alors des discussions avec les partenaires sociaux pour organiser le travail et accueillir les clients. Seule exception : les métiers de contact, comme les coiffeurs, qui resteront fermés.

L’école en phase deux, les restos et bars en phase trois

La deuxième phase commencera, comme prévu auparavant par les experts, le 18 mai, même si la Première ministre avoue que les certitudes à son propos sont plus floues puisqu’un mois nous sépare de ce moment. A cette date-là, les commerces restants, comme les coiffeurs, seraient rouverts, si ce n’est pour les bars, cafés, restaurants, dancings… L’ouverture des musées sera envisagée moyennant un système de ticketing. Sur le plan social, le CNS étudiera la possibilité de permettre les réunions à domicile mais aussi d’avoir plus de personnes lors des mariages et enterrements. Il sera aussi possible de se réunir à plus de deux personnes en extérieur voire de partir un jour à la côte belge, dans les Ardennes ou dans sa résidence secondaire.

Mais le gros changement du 18 mai reste le retour des écoles. Les cours reprendront (sauf pour les maternelles jusqu'au moins fin mai) pour un maximum de trois années primaires et trois secondaires avec des modalités à définir. Les années diplômantes, comme les sixièmes et ceux avec des apprentissages spécifiques comme les deux premières années du primaire, sont prioritaires. Le port du masque serait alors obligatoire pour les plus de 12 ans et le personnel, mais le FFP2 n’est pas conseillé. Reste ensuite toute une série de mesures sanitaires comme la répartition des élèves en classe, limités à dix, le nettoyage, les passages aux toilettes… Les repas chauds sont interdits. Dès qu’un enfant est à risque, l’enseignement à distance sera demandé.

Enfin, il reste la troisième phase, qui commencerait au plus tôt le 8 juin. Le CNS examinera alors l’ouverture potentielle et progressive des restaurants puis, à plus lointaine échéance, des cafés et des bars avec des conditions strictes. La question des voyages à l’étranger et des camps de jeunesse sera abordée quelques jours avant, à la fin du mois de mai. Les festivals sont, comme dit auparavant, supprimés jusqu’au 31 août.

Plus de Actu

Les plus lus