L'Amérique de Trump dans la rue pendant que l'Amérique noire se meurt

Teaser

Les manifestations anti-lockdown prennent de l'ampleur aux Etats-Unis. Parmi les manifestants, beaucoup de sympathisants du président.

Ce sont des groupuscules, plusieurs centaines, parfois plusieurs milliers de personnes, à pied ou en voiture dans une douzaine d'Etats, principalement ceux du Midwest, terres ayant massivement voté pour Donald Trump en 2016. Ils manifestent désormais dans les rues contre l'avis des gouverneurs qui ont décidé des mesures pour entraver l'épidémie de Covid-19, mais avec l'aval du président. Ils en ont ras-le-bol du confinement qu'ils considèrent comme portant atteinte à leurs libertés. Beaucoup reprennent les mots du président Trump : « Le remède ne doit pas être pire que la maladie ».

Qui sont-ils ?

Parmi les organisateurs de ces manifestations, on retrouve beaucoup de militants républicains ou plus précisément de militants pro-Trump. Selon un journaliste du New York Times, la population rappelle beaucoup celle croisée lors de la campagne présidentielle de 2016.

Mais ce n'est pas tout. On retrouve parmi les manifestants beaucoup d'Américains en détresse économique, qui ont perdu leur job à cause du Covid-19 ou sont forcés au chômage technique, sans aucune ressource. Il y a aussi des adeptes du théoricien du complot Alex Jones, qui a été ovationné lors d'un meeting lors d'un rassembement à Austin, au Texas. Enfin, sont aussi présentes des milices d'extrême-droite lourdement armées.

Soit l'Amérique du Tea Party et celle de Charlottesville, l'Amérique de Donald Trump. L'Amérique blanche. Une Amérique qui ne représente pourtant pas la majorité du pays. Selon un sondage de l'Institut Pew, 70% des Américains ont en effet peur que les mesures de confinement soient levées trop tôt.

Que veulent-ils ?

La réouverture du pays, comme le prône Donald Trump. Le contexte américain est explosif. En quelques semaines d'épidémie, le chômage a littéralement explosé à des hauteurs jamais vues depuis cinquante ans. Plus de 22 millions de personnes ont perdu leur emploi à cause du coronavirus, dans un pays où la sécurité sociale est quasiment inexistante... D'où le plan d'aide et de relance sans précédent décidé par Donald Trump pour sauver ce qui peut l'être... Car il sait que c'est ici que se joue sa réélection.

Pendant ce temps, la population afro-américaine, elle, se retrouve aux soins intensifs d'une façon disproportionnée...

Pourquoi les afro-américains sont-ils plus touchés par le Covid-19 ?

Selon les premières données « raciales » transmises par plusieurs Etats, la population noire meurt du Covid-19 de façon disproportionnée. À Chicago, les afro-américains représentent 33% de la population... Et 68% des morts du coronavirus. Les proportions sont similaires en Louisianne.

La BBC a cherché à comprendre pourquoi en interrogeant des citoyens afro-américains. Et en a retiré plusieurs pistes : les afro-américains, bien souvent, vivent dans les quartiers pauvres, ils n'ont le plus souvent pas d'assurance santé et vivent à plusieurs dans de plus petits habitats que la moyenne. C'est une population à faibles revenus qui est obligée d'aller travailler malgré les risques sous peine de ne plus pouvoir subvenir à leurs besoins et ceux de leur famille. Ils sont donc plus exposés que la moyenne.

Ensuite, le fait qu'ils vivent dans les quartiers pauvres les exposent à la malbouffe (bien souvent la seule nourriture disponible à moindre coût dans ces quartiers)... Et donc aux maladies qui font d'elles des personnes à risques (maladies du coeur, diabète, obésité...). Enfin, de manière plus surprenante, la BBC avance une rumeur apparue au début de l'épidémie en Chine, selon laquelle les Noirs ne pouvaient pas être affectés par le coronavirus. Une fake news qui a été reprise par des rappeurs et s'est propagée parmi la communauté. Malheureusement, le coronavirus n'est pas une fake news.

Plus de Actu

Notre Selection