Quel déconfinement proposent les experts?

Teaser

Le kern reçoit aujourd’hui un document suggérant un déconfinement avec deux dates charnières : le 4 et le 18 mai. Si les décisions finales du gouvernement ne seront connues que vendredi, Le Soir a déjà rendu public le rapport des experts.

Ce mercredi, les Belges ont eu droit à un avant-goût du déconfinement tant attendu. Le rapport des experts chargés de le préparer (le GEES) a en effet fuité dans la presse, laissant entrevoir ce qui attend le pays au mois de mai. On en sait donc plus sur la réouverture probable des commerces, des écoles, des activités de loisirs et même sur la possibilité de revoir ses proches et ses amis. Reste à voir ce que le gouvernement décidera de faire de ces recommandations. En attendant, cela permet déjà de voir comment sont pris en compte les attentes des différents secteurs économiques qui se sont manifestés ces derniers jours.

Un prologue déjà bien fourni

Dans le scénario des experts, le déconfinement commencerait bel et bien le 4 mai. La Belgique suivrait donc ses voisins européens pour un relâchement plus ou moins synchronisé, avec une reprise timorée mais quand même marquée. En somme, les secteurs qui seraient déconfinés le 4 mai sont les suivants : la construction, le commerce de gros, l’industrie manufacturière, les transports (sauf aérien), les services de support technique, administratif et scientifique. Les services bancaires, d’assurances et de communication pourraient reprendre leurs activités mais à distance. Certaines parties de l’administration et activités médicales seraient également concernées. Tout cela permettrait de faire redémarrer une bonne partie des activités pour éviter une véritable dépression économique. Pour le reste, le télétravail resterait d’actualité partout où il est possible.

Quant aux commerces, Comeos, qui représente le secteur, risque d’être frustré. Ce dernier proposait en effet ces jours-ci une réouverture rapide, généralisée et coordonnée, conditionnée au respect des normes de sécurité sanitaire. Ce n’est pourtant pas ce qui apparaît dans le rapport avec seulement quelques commerces rouverts le 4 mai : ceux de matériaux de construction ou de vélos, les garagistes pour certains services et les « click and collect services ». Pour les autres, il faudra patienter.

Le 4 mai marquerait aussi la date d’une certaine reprise de la vie sociale. Les soirées en famille et entre amis pourraient reprendre mais seulement le week-end et avec une limite de dix personnes qui seraient toujours les mêmes par la suite. On peut cependant se demander comment contrôler que ces lignes rouges ne soient pas dépassées. Enfin, quelques activités de loisirs seraient accessibles si elles ne concernent que deux personnes en extérieur sans contact physique (du tennis au golf en passant par le kayak). Les parcs et les plaines de jeux seraient aussi concernés.

Une deuxième phase un peu plus floue

Le 18 mai marquerait la seconde étape du déconfinement avec une grande mesure : le début du retour à l’école. La priorité sera donnée aux sixièmes années (primaire et secondaire). Ensuite, la première puis cinquième primaire seraient concernées. Tout cela se ferrait avec des mesures de sécurité, comme la constitution de petites classes qui ne viendraient qu’un nombre limité de jours, en concordance avec les demandes du milieu enseignant. Reste à voir si d’ici-là, le matériel sanitaire estimé nécessaire à la reprise sera disponible et quand seraient déconfinées les dernières années scolaires. D’autres pays européens étalent ce processus sur près d’un mois.

Sur le plan économique, certains autres secteurs et commerces seraient rouverts, sans plus de précision et avec toujours un télétravail bien présent là où cela est possible. Ce flou ne devrait cependant pas rassurer les personnes concernées. Enfin, sur le plan social, le GEES discute de la possibilité de permettre des excursions d’un jour, par exemple à la mer, et des événements comme des mariages ou des enterrements dans une limite de 50 personnes.

Et après, le mystère

Pour l’instant donc, aucun signe de retour de l’horeca, pourtant très touché par la crise et qui ne devrait pas revenir avant au moins une éventuelle troisième phase. Les demandes de rouvrir au moins les restaurants sont pour l’instant restées lettre morte.

Les grands établissements culturels et de loisirs sont dans le même cas : quand est-ce que les zoos, les parcs d’attractions, les musées, les cinémas et les théâtres pourront reprendre leurs activités ? Aucune date n’est donnée. Pourtant, les musées planchent sur des solutions pour assurer un retour plus ou moins rapide en accord avec les normes sanitaires, tout comme les parcs d’attractions, qui réfléchissent à une limitation des visiteurs. Par contre, une lumière d’espoir subsiste pour les mouvements de jeunesse et les fédérations sportives pour organiser des événements cet été.

Que fera le politique de toutes ces recommandations ? Le gouvernement répondra à cette question vendredi mais il faut voir si la révélation du rapport ce mercredi par Le soir ne va pas avoir une influence sur cette décision. Dans Le Vif, Georges-Louis Bouchez (MR) estime par exemple que cette fuite « ne va pas nous aider ».

Plus de Actu

Les plus lus