Wikipédia est sexiste, mais se soigne

Teaser

20.000 contributeurs réguliers participent à l’écriture du Wikipédia francophone. Parmi eux, seulement 10% de femmes. Des mouvements se mettent en marche pour combler ce fossé qui se ressent dans les pages de la plateforme.

L’encyclopédie collaborative Wikipédia, c’est un microcosme: à l’image de la société, les contributeurs y sont écolos, extrémistes, utopistes, activistes ou scientifiques. Un brin sexistes aussi. La plateforme, qui permet à chacun de participer à l’écriture d’articles, a ce quelque chose de très masculin. Seulement 10% des internautes qui mettent la main à la pâte sont des femmes. Ce fossé des genres se ressent dans les pages de l’encyclopédie en ligne. Près de 550.000 biographies sont consacrées à des hommes et seulement 94.000 parlent de femmes. Face à ce constat, un mouvement parti de Suisse en 2016, appelé « Les sans pagEs », tente de rééquilibrer la balance.

En Belgique, AnneJea (son pseudonyme) est à la manoeuvre. Contributrice Wikipédia depuis 2009 et membre du conseil d’administration de Wikimédia Belgique, elle est chargée de faire évoluer la diversité sur la plateforme. « Mon envie d’engagement est venu d’un constat tout simple: il manque un tas de pages sur les femmes qui ont marqué l’Histoire. Par exemple en ce qui concerne la médecine, il existe de nombreux articles sur les premiers hommes médecins, mais quasiment rien sur leurs homologues féminines ».

Pour donner plus de place aux femmes sur la plateforme, des événements sont régulièrement organisés à travers le monde. Des « édit-a-thon », spécialement orientés sur le sujet. En Belgique, trois marathons d’édition ont ainsi été organisés récemment, autour de la journée des droits des femmes le 8 mars. Ce genre d’événement a permis de faire passer le nombre de biographies consacrées aux femmes de 16,7% à 18% sur la version francophone de Wikipédia. « C’est encore insuffisant, mais ce n’est pas si mauvais que ça comparé aux sources existantes sur le sujet. On se rend compte qu’il existe parfois très peu d’informations sur des femmes importantes. Cela reflète la société où les femmes sont globalement invisibilisées », commente AnneJea.

Une ambiance pas toujours bienveillante

La contributrice a remarqué qu’en plus de ce faible pourcentage, les articles sur les femmes sont généralement écrits différemment de ceux des hommes. « Elles sont souvent décrites par leur situation familiale ou maritale, quand leurs semblables masculins sont décrits par leur profession. Or c’est bien grâce à leurs actes qu’elles méritent leur place sur Wikipédia, non grâce à leur mari ».

Parvenir à plus d’équité passe aussi par le nombre de contributrices actives sur la plateforme. Plusieurs hypothèses existent pour expliquer la présence minoritaire de femmes. « D’abord, il y a une question de légitimé. Très souvent, par son éducation, une femme va se sentir peu légitime pour parler d’un sujet même si ses connaissances en la matière sont importantes. A l’inverse, les hommes se montrent généralement bien plus à l’aise ». Rajoutez à ça un site internet aux codes techniques « assez rebutants » et des cas d’harcèlement sexistes « plutôt réguliers »… « Les anciens contributeurs peuvent se montrer très cassants, pas assez pédagogues envers les nouveaux. Ce manque d’indulgence en décourage plus d’un. », regrette AnneJea. Pour encourager les femmes à rejoindre malgré tout ce bel outil d’intelligence collective, la contributrice conseille de suivre une journée de formation, comme il en est organisée régulièrement.

Pour en savoir plus, lisez notre article "XXX". Rendez-vous en librairie à partir de ce mercredi ou dès maintenant sur notre édition numérique, sur iPad/iPhone et Android.

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection