Décès d’Adil à Anderlecht : une enquête journalistique met la police en cause

Teaser

Samedi, le quotidien De Morgen publiait un long article sur le décès d’Adil lors d’une course-poursuite avec la police à Anderlecht. Selon les informations recueillies par le journaliste, la police pourrait avoir causé l’accident. Pendant ce temps, à Anderlecht, le calme est revenu et tout le monde attend les résultats de l'enquête.

Il y a tout juste une semaine, ils étaient plus d’une centaine à avoir été arrêtés par la police d’Anderlecht entre samedi et dimanche. La cause : des émeutes et autres appels au rassemblement pour protester et manifester sa colère face au décès du jeune Adil.

Ce jeune de 19 ans a perdu la vie vendredi 10 avril en soirée alors qu’il était poursuivi par la police. Il roulait en scooter avec un ami et selon la police, ne respectait pas la distanciation sociale.

Alors qu’il essayait d’échapper aux forces de l’ordre, celles-ci ont appelé des collègues en renfort. D’après le parquet de Bruxelles, une fois arrivés quai de l’Industrie, Adil, suivi par un combi, s’est retrouvé derrière une camionnette, qu’il a voulu dépasser. C’est là qu’il aurait percuté une voiture banalisée de la police arrivant en face.

Accident qui a donc provoqué de vives réactions dans la ville d’Anderlecht les samedi et dimanche qui suivirent : incendies volontaires, jets de pierres sur la police, émeutes et autres destructions matérielles.

Dans le même temps, l’avocat de la famille d’Adil, Me Alexis Deswaef, a demandé que le dossier soit mis à l’instruction. «Un juge d’instruction doit être désigné, qui est un juge indépendant pouvant instruire à charge et à décharge. Dans ces circonstances concernant la mort d’un jeune impliquant des policiers, il faut que ce soit un juge d’instruction qui mène l’enquête en toute indépendance », a-t-il déclaré à l’agence Belga.

Mardi, ce fut le cas. Un juge d’instruction a été chargé par le parquet de Bruxelles d’enquêter sur l’accident du chef d’homicide involontaire.

La police mise en cause

Le dernier élément en date dans cette affaire date de ce samedi 18 avril. Le quotidien flamand De Morgen a publié une longue enquête sur cette affaire. Le journaliste, Douglas De Coninck, a interrogé plusieurs témoins, retracé aussi fidèlement que possible la course-poursuite et analysé minutieusement la scène de l’accident, et, notamment centimètre par centimètre, les marquages au sol représentant les différents véhicules. Il en arrive à la conclusion que c’est la police qui a dû causer cet accident : le combi poursuivant Adil aurait dévié hors de sa bande de circulation pour heurter son scooter.

Un article qui a été fort médiatisé. Mais, fort heureusement, qui n’a pas attisé de nouveau les flammes dans la ville. « Depuis le week-end dernier, c’est calme », commente Fabrice Cumps, le bourgmestre d’Anderlecht. « On note un certain nombre de messages, soit de solidarité envers la famille d’Adil, soit clairement agressif et violents envers la police, et cela aussi bien dans la commune qu’à Forest et Saint-Gilles. Mais la police a repris les contrôles dans le cadre du confinement, sans heurt. »

Désormais à Anderlecht, on attend le fin mot de l’histoire. « J’ai bien dit à la famille que je me portais garant du caractère indépendant et impartial de cette enquête », précise le bourgmestre. « Tant les jeunes, que la famille, que tous les habitants en attendent les résultats. »

Plus de Actu

Les plus lus

Notre Selection