Dérapages, saison 1

Teaser

A ne pas manquer ce soir à 20h55 sur Arte.  Éric Cantona confirme ses talents de comédien dans Dérapages, série française haletante.

Pierre Lemaitre (prix Goncourt pour Au revoir là-haut) a écrit Cadres noirs il y a dix ans. Il décide d’adapter son roman en fiction, avec l’aide de la scénariste Perrine Margaine, et la nomme Dérapages. À la réalisation, Ziad Doueiri (L’insulte, Baron noir), qui commencé sa carrière aux États-Unis comme assistant caméra sur les premiers Tarantino. Même le casting est cinq étoiles: Éric Cantona, Alex Lutz, Suzanne Clément et Gustave Kervern font office de valeurs sûres. Ce thriller noir raconte l’histoire d’Alain Delambre (Éric Cantona), un antihéros aussi ambigu qu’attachant. Cet ancien directeur des ressources humaines n’en peut plus. Il a 57 ans et cela fait six ans qu’il est au chômage. Malgré le soutien de sa femme Nicole (Suzanne Clément), le manque de perspective commence à l’abattre sérieusement. Malgré tout, il peut encore compter sur Charles (Gustave Kervern), son compagnon de galère. Lorsqu’un cabinet de recrutement lui propose un entretien d’embauche, l’espoir renaît. Mais avant d’accéder à ce poste alléchant, il doit accepter de jouer un jeu dangereux. Tout ce qu’il veut, c’est retrouver un semblant de dignité dans un système qui lui a tout pris. Derrière cette mystérieuse entreprise se cache un homme machiavélique, Alexandre Dorfmann (Alex Lutz). Tant pis, le senior passe à l’action… quitte à y perdre des plumes. Pour son premier rôle dans une série télévisée, Éric Cantona frappe fort. Le format est idéal pour exploiter toute la densité de son personnage motivé par l’énergie du désespoir et prêt à tout pour retrouver sa place dans la société. Dérapages est un thriller social plus que jamais d’actualité. Avec un rythme et une intensité remarquables, la série française aborde avec finesse et humour des thèmes forts comme la précarité, la corruption et le management libéral.

Plus de Médias

Les plus lus