Loterie nationale : pourquoi on joue moins

Teaser

Les Belges ne sont plus d’humeur joueuse. La loterie nationale enregistre des pertes de 30% et s’inquiète pour les associations caritatives qui bénéficient de son aide.

Les Belges ne sont pas d’humeur à jouer et chacun compte ses sous qui ne rentrent plus. La loterie nationale a enregistré une diminution de 30% de son chiffre d’affaires. Les Belges vont moins au magasin et de toute façon, selon Prodipresse, seules 65% des librairies sont ouvertes sans oublier que les heures d’ouverture ont été réduites. Les huit lottery shops (Anvers, Gand, Liège, Bruxelles, Ostende, Charleroi, Hasselt et Namur) – une nouveauté depuis un an – sont aussi fermés pour la vente. Le jeu qui résiste le mieux, c’est le loto. Les plates-formes en ligne, où se retrouvent plus d’un million de joueurs, enregistrent à peine plus d’affluence. En temps normal, 7 millions de Belges misent des gains et tentent leur chance, soit à peu près toute la population si on retire les enfants.

Une perte d'aide pour de nombreuses associations

Les crises – et celle du coronavirus n’échappe évidemment pas à la règle – font fuir les candidats aux jeux de hasard pour qui ces dépenses sont jugées comme inutiles. Elles ne le sont pourtant pas au niveau sociétal. “ Notre modèle consiste à ce qu’un grand nombre de joueurs participent à un jeu de loterie pour un petit montant, grâce auquel ils ont non seulement une chance de gagner un jackpot, mais ils aident aussi d’innombrables initiatives du secteur social, culturel ou scientifique. En ce moment, de nombreuses organisations et de nombreux projets ont vraiment besoin de toute l’aide possible (banques alimentaires, Croix-Rouge, FNRS, …). Nous continuons à travailler aussi pour pouvoir maintenir à long terme également le soutien financier que nous apportons à toutes ces organisations”, explique Jeremie Demeyer, le porte-parole de la Loterie nationale.
Dans la mesure du possible la Loterie Nationale a pris les dispositions nécessaires pour assurer la continuité de ses activités car la Loterie Nationale est “ par essence un acteur essentiel de la solidarité dans notre pays ”. Nos points de vente, toutes les organisations que nous sponsorisons, nos nombreuses bonnes causes auront grand besoin de ce soutien une fois que cette crise sanitaire sera derrière nous. ”

Tout est en place pour permettre de jouer

Les tirages ont toujours lieu. Des équipes distinctes, qui ne se croisent jamais, s’alternent. Par ailleurs, comme de nombreux consommateurs effectuent désormais leurs paiements avec une carte bancaire, le traitement de ces transactions nécessite un peu plus de temps avant que les montants ne soient déposés sur le compte bancaire du point de vente. C’est pour cette raison que le prélèvement hebdomadaire de la Loterie Nationale est appliqué le vendredi au lieu de mercredi, et ce jusqu’à la fin de la situation liée au Covid19. Grâce à cette mesure, les points de vente disposent de deux jours supplémentaires pour alimenter suffisamment leur compte bancaire avant le prélèvement.

Les gagnants peuvent continuer à percevoir leur gain dans les lottery shops jusque 100.000 euros et à partir de 100.000 euros au siège de Belliard mais uniquement sur rendez-vous. Si un grand gagnant ne souhaite pas venir au siège Belliard une procédure alternative a été mise en place. La validité des tickets de tirage gagnants a été prolongée de dix semaines. Toute personne qui gagne peut maintenant se présenter non pas vingt, mais trente semaines après le tirage. Enfin, pour la communauté EuroMillions (10 loteries, 9 pays) des dispositions ont été prises aussi pour assurer la continuité des services. Ainsi si le tirage ne pouvait plus avoir lieu en France, la communauté Euromillions a décidé que ce soit La Loterie Nationale Belge qui s’en charge.

Plus de Actu

Les plus lus