Le guide de ce que vous devriez (vraiment) avoir dans vos placards et votre frigo

Teaser

Une liste de courses idéale pour ne plus terminer la semaine avec un paquet de gouda, cinq kilos de pâtes et deux madeleines.

On le sait désormais : rien ne servait d’accumuler autant de rouleaux de papier toilette. Mais pour respecter un confinement strict, il peut être nécessaire de choisir dans les rayons quelques produits-clef pour ne jamais manquer de rien — tout en respectant le panier de son voisin. Ces quelques astuces et ingrédients devraient vous permettre de tirer le maximum de vos provisions.

Des haricots, lentilles et pois chiches

Aux États-Unis, à l’annonce du confinement, ce sont les rayons de beans qui ont été dévalisés. Haricots blancs, adzuki, kidney, petits pois et pois chiches, lentilles : en plus d’être ultra-nourrissants, riches en protéines et en fer, ils s’adaptent à toutes les situations. Une pièce de viande à faire mijoter et pas envie d’en faire des caisses pour l’accompagner ? On lui ajoute une conserve de haricots rouges et le tour est joué. Rien à mettre sur son pain grillé ? Des haricots blancs écrasés, quelques câpres et un filet d’huile et de jus de citron : voilà une tartine pimpée. Rien pour l’apéro ? Tous les pois et haricots permettent de faire des « houmous », qu’on réutilise le lendemain en tartines vegans.

Des pâtes oui, mais différentes

Aliment réconfortant, les pâtes ont rapidement volé la vedette au papier toilette. S’il existe une infinité de manière de les préparer, c’est qu’on peut s’en procurer une grande diversité. Et si on les connait davantage au blé et aux œufs, le confinement peut être l’occasion d’expérimenter d’autres types de pâtes, histoire de ne pas avoir l’impression de répéter tous les soirs la même rengaine culinaire. Les nouilles de riz, de sarrasin ou de blé tendre — qu’on retrouve beaucoup dans la culture de la table asiatique — se cuisinent elles aussi en sauce et en salade, mais permettent également de farcir des rouleaux de printemps ou des choux, par exemple.

provisions

Des pommes de terre

En chemise, en mousseline, sautées, écrasées, frites, chaudes ou froides : avec les pommes de terre, on ne peut pas se tromper. Reste à choisir la juste cuisson pour l’effet recherché et savoir les assaisonner.

Des épices et des sauces

Car les épices, c’est ce qui fait la différence entre une banale tablée et une grande entrée. Si le duo sel et poivre forme la base essentielle, le monde entier regorge de saveurs qui s’expriment notamment à travers les épices. À défaut de voyager, une visite au magasin communautaire du coin — polonais, portugais ou philippin — est souvent l’occasion d’en découvrir de nouvelles et d’agrandir ainsi la diversité de ses repas. Justement associés, les condiments donnent aussi vie aux sauces qui nous manquent, comme la fameuse Worcestershire que l’on peut préparer à partir de ce qui se trouve dans ses placards. Et s’il fallait garder une sauce indispensable, à acheter « toute faite », c’est sans aucun doute la sauce soja.

De la farine

À l’heure ou la farine se fait plus rare que le pangolin, rien ne sert de vouloir à tout prix dévaliser le rayon de T65 du magasin. Au contraire, c’est l’opportunité idéale pour se diriger vers de la farine d’épeautre ou de sarrasin, plus complètes et nourrissantes, et qui peuvent souvent être combinées ensemble pour certaines pâtisseries. La farine de seigle, elle, fait l’effet d’un coup de pied au derrière à votre levain — si vous vous êtes mis à la confection de votre propre pain. En parlant de pain, maison ou non, on le congèle si besoin, mais non ne le jette surtout pas : passé au four puis mixé, il surpasse les meilleures chapelures que l'on trouve dans le commerce.

Des oeufs

C’est simple, ils transforment n’importe quel repas en petite célébration. Pochés dans de la sauce tomate pour une shakshuka, au plat pour surmonter une montagne de riz sauté, mollet dans un bouillon de nouilles, brouillé sur un toast ou en omelette : mieux vaut avoir toujours œufs frais chez soi.

Des herbes fraiches (ou pas), des noix et des fruits secs

Le secret d’une assiette qui en jette ? Ces quelques additions de dernière minute, balancées négligemment au-dessus d’un plat, mais qui ajoutent de la couleur, de la texture et du goût à n’importe quelle préparation. De préférence en vrac, on aime les graines de tournesol, de sarrasin, le sésame, les raisins secs, les cacahuètes, les noix de cajou et les noisettes concassées — qui font aussi de très bons snacks. Côté herbes aromatiques, fraiches surtout, on trouve partout de la coriandre, du basilic, des fanes de fenouil, de la menthe, ou encore de la ciboulette. Dès que ces dernières tirent un peu la tête, on les taille et on en fait des glaçons, prêts à être sortis du congélateur pour venir rafraichir une sauce.

provisions

Des citrons

D’après la cheffe et autrice culinaire Samin Nosrat, la formule d’un plat parfait réside dans l’association du salé, du gras, de la chaleur et de l’acidité. Bourré de vitamine C, le citron est donc utile à l’équilibre de tout un tas d'assiettes, en plus de constituer la base d’une limonade maison désaltérante pour qui veut éviter la surconsommation de boissons sucrées.

Du chocolat

Parce qu’il faut bien se faire plaisir, et qu’un carré de chocolat — ou dix — guérit tous les maux, ou presque.

Des légumes en quantité

Oubliez le congélateur rempli de viande : s’il y a un moment pour diminuer sa consommation animale, c’est maintenant. Parce que certains légumes se conservent relativement longtemps, qu’ils se préparent de mille et une manières et qu’ils possèdent la plupart des nutriments dont nous avons besoin, mais aussi parce qu’ils permettent de ne rien jeter : les épluchures finissent en bouillon, les fanes en pesto et les légumes ramollos, en bocaux.

provisions

Des bocaux

D’ailleurs, se constituer une belle collection de bocaux sauvera nombre de repas aujourd’hui et demain : ils ont faits leurs preuves il y a des siècles de cela, pour conserver ou transformer les aliments. Et puisque la plupart des légumes sont délicieux fermentés ou en pickles, on pense à ajouter du sel, de l’huile et du vinaigre à sa liste de courses.

Des listes

Des listes, voilà qui pourrait transformer la suite de ce confinement. Si elles permettent d’apprendre de ses erreurs, elles ont aussi le don de suivre l’évolution d’un garde-manger. On en tient donc une à disposition de chaque espace de stockage de nourriture (frigo, congélateur, placards) où l’on compile les quantités de chaque ingrédient, jusqu’à épuisement. Une manière simple d’éviter de gaspiller, comme de trop acheter.

Plus de Tendances

Les plus lus