Le confinement souple à la néerlandaise, tout aussi efficace ?

Teaser

Le confinement plus souple appliqué aux Pays-Bas serait aussi efficace que celui de la Belgique. C’est la conclusion surprenante défendue par le politologue Vincent Laborderie. Mais elle fait fi du manque de testing en Belgique.

“ Moins contraignante pour la population et moins destructrice pour l’économie, la politique néerlandaise apparaît tout aussi efficace que la nôtre pour enrayer l’épidémie de Covid-19 ”. Le politologue à l’UCLouvain Vincent Laborderie lance un pavé dans la mare qui va complètement à l’encontre de ce que les virologues belges font valoir. Marc Van Ranst estimait encore ce dimanche que “ certains comportements font que nous allons nous approcher d’un confinement du type de celui mis en place à Wuhan. Dans ce cas-là il ne sera plus autorisé de sortir pour aller faire du sport ou pour aller au travail. ”Même son de cloche du côté de Steven van Gucht, porte-parole interfédéral. Mais pour Vincent Laborderie, les virologues et épidémiologistes belges utilisent pour parvenir à ces conclusions “ des modèles impénétrables et donc impossibles à critiquer. ”

Le politologue de l’UCLouvain compare les performances de lutte contre l’épidémie de la Belgique et des Pays-Bas. Les Néerlandais ont développé l’une des politiques les plus souples d’Europe en la matière. Ils ont ainsi invité de manière insistante au confinement mais sans en faire une obligation légale. Le respect de la distanciation sociale est la règle mais sans obligation de rester à domicile. Les commerces non-essentiels sont restés ouverts. Le télétravail est encouragé mais n’est pas obligatoire. Or lorsqu’on compare l’évolution du nombre de nouveaux cas détectés en Belgique et aux Pays-Bas, ainsi que celle des nouvelles hospitalisations, les deux politiques ont une efficacité égale, souligne Vincent Laborderie. “ Plus précisément, il est impossible de percevoir une meilleure efficacité de la politique menée en Belgique. Les Pays-Bas semblent même être plus performants en termes de maîtrise des arrivées à l’hôpital ”.

La crise n’a cependant pas frappé au départ les Pays-Bas et la Belgique de la même manière. Les retours de vacances d’Italie ont amené un plus grand nombre de foyers dans notre pays. Le politologue le reconnaît. “ Cela permet de justifier les mesures plus strictes qui ont été prises au démarrage en Belgique. Mais plus aujourd’hui ”, affirme-t-il. “ On ne peut que conclure à l’inefficacité des mesures de confinement strictes prises en Belgique et non aux Pays-Bas ”, dit-il. “ Nous recommandons leur suppression et la transition vers le niveau de contrainte actuellement en vigueur aux Pays-Bas. En effet, on peut difficilement croire qu’un niveau de contraintes suffisant pour aplanir la courbe aux Pays-Bas va provoquer un rebond de l’épidémie en Belgique. Cela permettrait de rendre un prolongement du confinement plus acceptable pour la population et donc plus viable. ”

Sensibilité politique

Cette intervention émanant d’un politologue peut sembler curieuse. Mais il est évident que les décisions politiques se prennent aussi en référence avec celles prises par d’autres pays. En l’occurrence, la fermeture des écoles a été décidée en Belgique en s’appuyant sur l’exemple français. Des tensions étaient alors apparues au sein des autorités politiques avec une Flandre “ naturellement ” plus encline à s’inspirer du modèle des Pays-Bas. “  Il s’agit en effet de deux États voisins, de taille et de population comparables, abonde Vincent Laborderie. Dans ces deux États, la densité de population est élevée. Or on sait qu’une forte densité de population favorise la propagation de l’épidémie. ” Et de justifier dès lors son choix discutable de ne pas comparer notre pays avec la France

Néanmoins, cette comparaison doit être prise avec grande précaution. « La clé du succès face au coronavirus, c'est d'avoir anticipé l'épidémie et encore plus de pratiquer massivement les tests comme en Allemagne ou aux Etats-Unis. Tant que la Belgique ne pratique pas des tests à raison de 100 à 150 000 par semaine, notre pays est condamné à rester confiné comme actuellement », prévient Yves Coppieters, professeur de santé publique à l'ULB. Les Pays-Bas ont ( récemment)  une capacité récente de tests journaliers de 17500 et qui peut aller jusqu'à 29 000 par jour. La Belgique passera à 10 000 tests par jour la semaine prochaine. C'est assez similaire.

 

Plus de Actu

Les plus lus