En chômage temporaire ? Vous pouvez travailler quand même !

Teaser

L’information n’est peut-être pas encore connue de tous mais en chômage temporaire, il vous est possible de travailler en CDD ou en intérim pour une autre société que celle qui vous emploie habituellement. Une bonne façon de s’occuper utilement ou d’arrondir les fins de mois difficiles.

Aujourd’hui, en temps de crise, beaucoup de travailleurs belges sont temporairement au chômage. Une solution proposée aux employeurs afin de maintenir leurs entreprises à flot. Selon l’Union Wallonne des Entreprises, environ 1,2 millions de Belges se trouveraient dans cette situation. « C’est énorme », commente Olivier de Wasseige, administrateur délégué de l’UWE.

Mais il est possible pour ces chômeurs éphémères de travailler ailleurs. Ils peuvent ainsi se faire engager par une autre entreprise en contrat à durée déterminée ou en intérim. Et ensuite partir, dès que leur employeur principal aura besoin d’eux à nouveau. Sauf que, malheureusement, trop peu de Belges le savent.

« C’est un message qu’on essaye vraiment de faire passer », poursuit Olivier de Wasseige. « Ceux qui ont envie de travailler, de rendre service, peuvent trouver un poste en CDD ou en intérim. La loi le permet. »

3 types de chercheurs d’emploi

Du côté des agences d’intérim, certains chômeurs temporaires se sont manifestés mais pas énormément. « Ce ne sont pas des foules immenses qui sont venues augmenter le nombre de candidats, mais il s’agit d’un public clairement identifié, puisqu’il ne s’agit pas du public habituel de ces agences », explique Arnaud Le Grelle, directeur régional Wallonie – Bruxelles pour Federgon, la fédération des prestataires de services en ressources humaines.

Selon lui, parmi ces nouveaux demandeurs d’emploi, trois catégories se distinguent. « Il y a d’abord ceux qui le font pour des raisons économiques, qui souhaitent un revenu complémentaire à leur allocation de chômage. Il y a également ceux qui sont en mal d’activité, qui ont le besoin de faire quelque chose de ce temps disponible. Et enfin, il y a les personnes qui se portent candidates pour les secteurs à l’avant-plan de cette crise : le médical, la santé et l’agro-alimentaire. Dans ces cas, la motivation est plutôt citoyenne. »

Beaucoup d’offres

Des secteurs dans lesquels on retrouve, sans surprise, beaucoup d’entreprises qui engagent justement. 

« Oui, il y a tout ce qui touche au circuit de l’alimentation, en amont et en aval : agriculture, horticulture, usine de transformation mais aussi transport, logistique et distribution. Mais aussi les secteurs de la santé : hôpitaux, maisons de soin, les usines pharmaceutiques… Mais les autres entreprises, qui ne sont pas liées à des secteurs essentiels, cherchent à recruter aussi. « Celles qui ont pu mettre en œuvre ce qu’il fallait pour continuer leur activité manquent également d’effectifs pour maladies ou autres. Et là les postes proposés sont très variés, en grandes entreprises ou PME, dans tous types de secteurs. »

 
 

Plus de Actu

Les plus lus