Covid-19 : comment l’armée vient en aide à nos maisons de repos

Teaser

Depuis quelques jours, plusieurs maisons de repos ont reçu l’aide de l’armée, qui met des militaires à leur disposition pour compléter leur personnel. Une aide plus que bienvenue tant la situation devenait compliquée pour ces homes.

Cela fait quelques jours que l’information est de notoriété publique : en cette période de crise sanitaire, les maisons de repos et autres homes en manque de personnel peuvent être aidées par la Défense. Mais à quel moment une maison de repos peut-elle demander le soutien de l’armée ?

« Ce n’est pas vraiment la maison de repos qui appelle à l’aide », explique le commandant Olivier Séverin, porte-parole de la Défense. « Elle doit d’abord s’adresser à un inspecteur de l’hygiène, qui relayera son rapport aux inspecteurs de la Région. Ensuite, du côté de la Santé publique, une plateforme qui regroupe pas mal d’experts, dont, entre autres, un officier de liaison de la Défense, jugera si la demande de la maison de repos peut être redirigée vers la l’armée. »

Aujourd’hui, nos militaires ont été déployés pour apporter du renfort à trois institutions en détresse : la Résidence Archambeau à Jette, la Résidence Saint-Thomas à Lustin (Profondeville) et depuis ce samedi matin, à la Résidence Jean Van Aa à Ixelles.

Les directeurs décident

Dans chaque home, la Défense envoie des ambulanciers-brancardiers. « Ce sont des militaires qui ont tout de même une formation de 20 semaines au total, soit  7 de plus qu’un ambulancier civil. »

Et dans les maisons de repos, ce sont les directeurs et directrices qui décident des tâches à leur confier, là où ils seront le plus utiles. « Ce ne sont pas des infirmiers, ils ne peuvent pas donner de soin. Ils aident surtout les aides-soignants, pour déplacer les patients ou distribuer les repas par exemple. »

Les militaires sont 6 le matin et 3 l’après-midi à Ixelles et entre 6 et 10 à Lustin. Ils viennent de la caserne la plus proche : du 14e bataillon médical de Peutie (Vilvoorde) pour les homes bruxellois et de l’Elément Médical d’Intervention de Marche-en-Famenne pour Lustin. « On essaye de les faire venir du plus près possible pour le moment. Si on reçoit beaucoup plus de demande, on devra peut-être travailler autrement. »

« Un cri d’alarme »

Dans la commune d’Ixelles, à la Résidence Jean Van Aa, les militaires sont arrivés ce samedi. « La situation devenait de plus en plus délicate », commente Hassan Chegdani, président du CPAS, qui gère la maison de repos de 180 lits. « De plus en plus de personnes étaient écartées pour soupçons de coronavirus, en attendant les résultats des tests. Nous avons aussi du personnel malade, parfois épuisé, fatigué, sans compter le climat anxiogène et la peur de transmettre le virus à sa famille. Toutes des raisons qui augmentaient l’absentéisme. C’est pour cela que j’ai lancé un cri d’alarme au niveau de la Région. »

Deux résidents de la maison de repos sont décédés à cause du Covid-19 et 5 membres du personnels ont été diagnostiqués positifs. Mais la venue de l’armée a redonné le sourire à l’élu ixellois. « Ce dispositif vient renforcer tous les autres. Nous avons le soutien de la commune, de citoyens qui se sont portés volontaires, de médecins qui soutiennent l’équipe médicale et désormais de la Défense. C’est vraiment magnifique. »

A noter que l’aide apportée aux homes n’est qu’une partie de tout ce que l’armée belge fait pour la population en cette période de crise. Elle prête un appareil d’extraction d’ADN et des respirateurs, transporte des patients et rapatrie des civils belges et européens, entre autres.

Plus de Actu

Les plus lus