Annulation des festivals : la lettre ouverte du secteur musical

Teaser

Festivals, salles de concerts et agents des artistes lancent un appel urgent dialogue avec les experts du Covid-19 et les responsables politiques. Le secteur de la musique live estime ses pertes à plus d’un milliard d’euros.

Nous l’avons déjà écrit. La question n’est plus de savoir si les grands festivals d’été seront annulés mais quand la décision tombera et sur quelle durée portera l’interdiction. Réponse ce mercredi 15 avril, date de la prochaine réunion du Conseil national de Sécurité (CNS).

Depuis le début de la pandémie, les principaux organisateurs des festivals agissaient en cavalier seul, certains prenant déjà les devants en annulant leur événement, d’autres en le reportant à la rentrée dans un calendrier déjà particulièrement encombré, d’autres faisant comme si de rien n’était.  Sans nier les difficultés financières dans lesquelles certaines manifestations et certaines salles sont plongées, on rappellera aussi que ce secteur, vital pour la culture, la société et notre économie, s’est toujours montré discret dans le passé pour communiquer sur ses bénéfices propres.

Dans une lettre ouverte publiée ce vendredi 10 avril, tout le secteur lance pour la première fois de manière collective un appel au dialogue avec les experts et le monde politique. Parmi les signataires, on retrouve notamment Rock Werchter, Tomorrowland, Dour Festival, Les Ardentes, les Francofolies de Spa, le BSF, Les Solidarités, mais aussi des salles comme le Reflektor à Liège, le Botanique et l’Ancienne Belgique à Bruxelles, le Rockerill à Charleroi ou le Salon à Silly.

Un milliard d’euros de pertes

"Le circuit des festivals, clubs de musique et salles de concerts Belges subit de grandes pertes à la suite de cette crise, mais le circuit veut aussi réfléchir de manière constructive et créative aux options à entrevoir une fois que nous pourrons reprendre le fil de la vie normale", précise le secteur live de la musique. «L'impact économique de la crise sur le circuit Live belge est déjà très important et les annulations possibles en vue des festivals d’été auront des conséquences désastreuses pour le secteur de la musique. Rien que concernant la vente de billets, les dégâts se chiffrent à des centaines de millions. Les artistes et leurs managements voient leurs revenus disparaître. Ajoutez à cela les dégâts pour l’entourage complexe de fournisseurs (constructeurs de scènes, sociétés de son et lumière, location de back line ...), d’indépendants et freelances (techniciens du son et de lumière, stagehands, roadies, tour management ...), de firmes de catering etc., connectés au secteur de la musique et la somme totale s'élève au-dessus du milliard. Le revenu d'innombrables associations qui s'engagent chaque année dans les festivals d'été est également menacé. »

Le secteur de la musique live rappelle fort justement qu’il a été le premier à être frappé par des mesures de confinement et qu’il sera sans doute en dernière ligne pour un retour à la normale. "Un autre facteur incertain est également la question de savoir quand le public sera prêt à reprendre les visites de concerts. En tous cas, l'impact se fera sentir à long terme. Nous avons le plus grand respect pour les décisions des spécialistes et des scientifiques, mais pour relancer le secteur, nous voulons nous aussi pouvoir nous asseoir à la table des spécialistes pour en parler. Nous sommes un secteur créatif, habitué à trouver des solutions créatives à des problèmes complexes. Nous offrons notre expertise pour développer des solutions viables en collaboration avec les politiciens et les scientifiques", précise encore la lettre.

 

Plus de Aucun nom

Notre Selection