Coronavirus: les festivals débranchent la prise

Teaser

Le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem a rappelé ce lundi à la RTBF ce qu’il avait déjà annoncé le 26 mars sur VTM : les manifestations musicales d’été n’auront probablement pas lieu. Le Conseil national de sécurité devrait entériner cette décision cette semaine.

En “off”, plusieurs organisateurs de festivals nous ont dit avoir espéré que la dernière réunion du Conseil national de sécurité, qui s’est tenue le 27 mars, débouche sur des mesures claires quant aux grands événements culturels prévus cet été. Il faudra encore (un peu) attendre même si la décision ne fait plus aucun doute. “Priorité aux choses prioritaires” , avait alors répondu la Première ministre Sophie Wilmès lors de la conférence de presse qui a suivi son allocution le 27 mars. “Nous n’avons pas encore regardé l’été et pensé à ce que nous ferons des festivals, c’est encore trop loin actuellement.”

De son côté, Pieter De Crem, ministre de l’Intérieur (CD&V), tenait déjà dès le jeudi 26 mars (voir notre édition print) un propos plus tranché. “ Les festivals d’été ne pourront probablement pas avoir lieu”, a-t-il affirmé à VTM Nieuws. Et d’avancer un argument déjà répété par plusieurs scientifiques. “ Même une fois que la courbe d’épidémie sera lissée, le virus restera présent. Les événements de masse représenteront alors un trop gros risque de foyer de contamination .” M. De Crem a répété ses propos ce lundi matin sur Vivacité et La Première.

Sans attendre une décision contraignante du Conseil national de sécurité qui devrait tomber ce mois-ci, plusieurs festivals ont déjà anticipé. Le Roots & Roses (Lessines, 1/5) est annulé. Les Nuits Botanique (du 29/4 au 10/5) sont reportées à l’automne, tout comme l’Inc’rock Festival d’Incourt, le Durbuy Rock Festival, le Mithra Jazz de Liège et, probablement, le Concours Reine Élisabeth. Reste à savoir si cet “embouteillage” d’événements reportés à la rentrée, où le calendrier culturel est déjà très chargé, ne sera pas contre-productif. D’autres grosses machines comme Graspop, Rock Werchter ou Tomorrowland restent prudentes, pour ne pas dire silencieuses, dans leur communication. Pourtant, plusieurs artistes internationaux ont déjà modifié l’agenda de leur tournée européenne et des mastodontes comme le festival anglais Glastonbury (annulé) ou le Primavera de Barcelone (reporté fin août) ont déjà réagi.

C’est qu’on voit mal quelle autorité oserait donner son feu vert à de tels rassemblements de masse (Tomorrowland, ce sont des charters entiers venus de toute l’Europe) où les règles sanitaires de base et de “social distancing” sont exclues. Le bourgmestre de Mol, où doit se déroule Tomorrowland, a déjà annoncé qu’il ne donnerait pas son autorisation. De même, à Knokke-le-Zoute et à Anvers, tous les événements de masse prévus cet été ne seront pas autorisés par les autorités communales. C’est du moins ce qu’ont affirmé leur bourgmestre respectif Léopold Lippens (Knokke-leZoute) et Bart de Wijver (Anvers).

Aux Ardentes, prévues sur un nouveau site à Rocourt du 9 au 12/7, les équipes restent mobilisées mais sont aussi lucides. “ La santé des festivaliers prime avant toute considération financière, souligne son coorganisateur Gaëtan Servais. Nous attendons et respecterons toute décision du Conseil national de sécurité.” Quant aux pertes, même s’il encore trop tôt pour donner des chiffres, elles se calculeront en millions d’euros. “ C’est dans ces moments exceptionnels qu’on se rend compte que la culture fait aussi vivre plein de secteurs comme l’Horeca, les entreprises de sécurité, les bureaux de relations publiques et d’événementiel, les médias, sans compter tous les techniciens, souligne Claire Monville, directrice du Conseil de la musique. Il ne faut pas croire non plus que la vie culturelle va reprendre le jour où les mesures de confinement seront levées. Cela prendra plusieurs mois.”

10.000 annulations

Selon Be Culture, agence spécialisée dans la communication culturelle, ce sont pas moins de 10.000 événements (concerts, pièces de théâtre, expos, etc.) qui ont été annulés ou reportés depuis les premières mesures prises chez nous par le Conseil national de sécurité (CNS). Associée à Movietown, Be Culture a lancé l’initiative #CultureTogether. Chaque jour, un événement culturel qui aurait dû faire l’actualité en Belgique est mis en avant sur les réseaux sociaux. À suivre sur www.facebook.com/CulturetogetherBE/

Fonds de 50 millions

Frédéric Daerden, ministre du Budget de la Fédération Wallonie-Bruxelles, a débloqué un Fonds d’urgence de 50 millions d’euros destiné notamment à la culture, à la jeunesse et à la petite enfance. Des mesures sont aussi prises afin d’alléger les obligations de différents secteurs en matière d’octroi et justification des subventions. Concrètement, l’opérateur culturel (un festival par exemple) qui se trouve dans l’impossibilité de respecter les conditions d’octroi de sa subvention en raison du confinement pourra la conserver moyennant certains engagements.

Le week-end fou des festivals

Le solstice d’été devait être synonyme cette année d’un menu musical de rêve avec le Graspop Metal Meeting (du 18 au 21/6), Werchter Boutique (avec Taylor Swift, 20/6) et TW Classic (avec Paul McCartney le 21/6). Mais qui y croit encore? De son côté, Claire Monville, directrice du Conseil de la musique, nous annonce qu’elle prendra une décision cette semaine pour la Fête de la musique, proposée dans plusieurs lieux de la Fédération Wallonie-Bruxelles du 19 au 21/6. “ Si elle ne doit pas avoir lieu à ces dates, la Fête de la musique ne sera pas reportée, cela n’aurait aucun sens”, précise Claire Monville.

Plus de Aucun nom

Les plus lus