La solidarité pour barrer la route au Covid-19

Teaser

Partout dans le pays, des initiatives citoyennes d'entraide ont vu le jour. Exemple à Ixelles.

Depuis une grosse semaine, des affiches offrant un « plan de solidarité » ont  vu le jour dans la commune d'Ixelles. « Des habitants de quartiers proposent leur aide pour faire les courses pour les personnes isolées en cette période de pandémie », dit l'affiche. Selon le quartier, une personne de contact pour prendre et coordonner les demandes ou les offres d'aide.

« L'idée de cette initiative citoyenne est partie de Facebook, nous dit Chantal. Ensuite, des sous-groupes se sont créés par quartiers ». En l'occurence, ici, les quartiers de Boondael, Flagey, ULB et Abbaye. « La première étape a été d'imprimer et de coller des affiches dans les supermarchés, chez les pharmaciens, chez les particuliers... Désormais, tout se fait via un groupe WhatsApp. En une une semaine et demi, on est à 70 personnes dans le groupe ».

Chantal coordonne les offres et demandes pour le quartier Boondael. Jeune retraitée dans le secteur médical, l'initiative lui paraissait toute naturelle. « Concrètement, une personne qui est en demande – il s'agit souvent des personnes âgées ou handicapées - me téléphone et me donne sa liste de courses et son adresse. Si je ne peux pas m'en occuper, je mets la demande sur le groupe WhatsApp pour voir si quelqu'un peut s'en occuper. Sinon, je préviens la personne quand je pars, elle vient me donner l'argent pour les courses et j'y vais ». Quant aux risques de contamination auxquels elle fait face. « J'essaie de ne pas rentrer dans l'appartement. Je dépose les courses dans l'ascenseur ou le plus loin possible. À un moment, la personne doit se débrouiller malgré tout... »

Dynamique  de quartiers

Une initiative citoyenne qui relance la dynamique de quartier. Particularité : les personnes qui en sont à l'origine ne se sont jamais vues. « Je ne connais pas les jeunes filles qui m'ont aider à mettre les affiches. On communique via WhatsApp. Mais on s'est dit qu'on se retrouverait pour boire un verre une fois cela derrière nous, même si ce n'est probablement pas pour demain», dit Chantal.

Ce plan de solidarité citoyen n'est pas le seul à avoir vu le jour. Des initiatives similaires d'aide aux personnes âgées ont lieu partout dans le pays (voir par exemple le site www.covid-solidarity.org/); A Forest, le projet "La Correspondance" invite les citoyens à lutter contre l'isolement et la solitude en faisant connaissance avec un senior de la commune par voie postale; A Liège, dans le quartier Saint-Léonard, des personnes s'occuper d'alimenter une dizaine de SDF dont les tentes sont plantées dans les coteaux en leur proposant repas et pauses café; Un collectif de psychothérapeutes a mis en place un soutien psychologique en offrant des entretiens gratuits pour aider à faire face à la situation; Le FabLab de l'Université Libre de Bruxelles a, quant à lui, fait appel à des bénévoles pour les aider à produire des visières de protection pour le personnel médical...

Bref, d'une situation de crise, on peut aussi en tirer du bon. Et retisser le lien social qui s'était délié ces dernières décennies... « En tout cas, moi qui n'en attendait plus rien, cela m'a redonné foi en l'humanité ! », conclut Chantal avec un rire joyeux.

Plus de Actu

Les plus lus