Les hôpitaux toujours en manque de masques adéquats

Teaser

5 millions de masques chirurgicaux ont été livrés au personnel soignant. Problème : ils n’assurent pas une protection optimale contre le virus.

« Les prestataires de soins sont nos soldats au front dans la lutte contre le Covid-19, nous faisons tout ce que nous pouvons pour les protéger au mieux ». Des soldats qui doivent monter en première ligne… mais sans casque ni armure, pour filer la métaphore guerrière utilisée par le cabinet de Maggie De Block (Open-VLD), ministre fédérale en charge de la Santé publique. Car la Belgique, comme d’autres pays en Europe, fait actuellement face à une pénurie de masques destinés à protéger le personnel médical d’une contamination au Covid-19.

Alors, avec l’arrivée ce vendredi de 5 millions de masques sur le tarmac de Bierset (Liège), on s’est dit qu’on pouvait pousser un grand ouf de soulagement. Sauf que ce sont des masques chirurgicaux qui ont été livrés aux hôpitaux, pas les désormais célèbres masques de protection FFP2 ou FFP3. La différence ? Les masques chirurgicaux empêchent un malade de contaminer d’autres personnes et de propager davantage le virus, mais n’empêchent pas de contracter la maladie, contrairement aux masques de protection. Sans FFP2 ou FFP3 en quantité suffisante, le risque est grand pour le personnel hospitalier, en contact direct avec les malades, d’être à son tour contaminé.

Masques chirurgicaux ou de protection ?

En plus de ces 5 millions de masques, « 300 000 masques chirurgicaux sont arrivés en début de semaine et 200 000 autres ce mercredi, via Alibaba » explique ce dimanche le cabinet De Block. La Belgique a donc reçu un demi-million de masques en provenance d’Alibaba, le Roi Philippe ayant personnellement plaidé auprès du géant chinois du commerce en ligne pour les obtenir. Sauf qu’en début de semaine, Maggie De Block annonçait dans un communiqué la livraison, via Alibaba, de 500.000 masques « de protection ». Une formulation vague, et qui prêtait à confusion. Parler aujourd’hui de masques chirurgicaux et non plus de masques de protection (FFP2 ou FFP3) est-il synonyme d’une erreur de communication dans le chef de la ministre (ou à tout le moins d’une imprécision) ou bien, d’une manière ou d’une autre, la livraison reçue n’est pas ce qui a été commandé à la Chine ?

Quoi qu’il en soit, les hôpitaux Belges attendent toujours désespérément leurs masques de protection. Au CHU Liège, on a reçu une cargaison de 68.000 masques chirurgicaux. Mais, mis à part quelques-uns glanés ici et là (des « fonds de tiroir »), pas l’ombre d’une arrivée en masse de FFP2. Le personnel médical en est donc réduit à bricoler. « À défaut de FFP2, un masque chirurgical c’est aussi intéressant » explique Lucien Bodson, médecin urgentiste au CHU Liège et coordinateur du plan d’urgence hospitalier. « C’est quand même une barrière, c’est mieux que rien. On essaye de préserver nos masques FFP2 en mettant un masque chirurgical par-dessus. Ce qui veut dire qu’on peut utiliser les FFP2 un peu plus longtemps que leur durée de vie prévue. Cela nous permet de voir plus sereinement arriver la fin du mois. Mais cela va être juste. Il va falloir que le reste des cargaisons arrivent ».

« Des quantités importantes dans les prochains jours »

Selon le cabinet de Maggie De Block, 200.000 masques de protection FFP2 ont déjà été distribués en Belgique pour faire face à la pandémie, en fonction des « priorités définies et pour les prestations de soins pour lesquelles ils sont primordiaux ». Dans l’entourage de la ministre, on affirme que des FFP2 en « quantités importantes » arriveront dans les prochains jours.

Par ailleurs, la Première ministre Sophie Wilmès (MR) a jugé ce dimanche que l’approvisionnement en matériel médical et en médicaments était un « enjeux crucial dans la lutte contre le Covid-19 », qui nécessite qu’un ministre puisse s’y consacrer « à temps plein ». C’est le libéral Philippe De Backer, en charge notamment des Télécommunications, qui a donc hérité du dossier, et est chargé de la gestion d’un groupe de travail dédié. 

Plus de Actu

Notre Selection