Coronavirus : vivre à l’ère du "Social distancing"

Teaser

Interdiction des rassemblements en intérieur de plus de 1.000 personnes, suspension des visites en maisons de repos…. Le mot d’ordre est à la distanciation sociale en Belgique, pour éviter la propagation de l’épidémie.

C’était à craindre : la Belgique enregistre ce mercredi les trois premiers décès liés au Covid-19. Notre pays compte à ce jour 314 cas confirmés de contamination.

Face à la progression du virus, il n’est (pour l’instant?) pas question de bloquer le pays et d’imposer une quarantaine, comme en Italie. "Nous ne voulons pas ajouter de l'anxiété à l'anxiété » a déclaré ce mardi la Première ministre Sophie Wilmès (MR) au sortir du Conseil National de Sécurité. Des mesures supplémentaires, dites de « social distancing" ou "distanciation sociale" ont cependant été annoncées dans la foulée.

Le principe ? Diminuer autant que possible la probabilité de contact entre ceux qui sont infectés par la maladie, et ceux qui ne le sont pas, pour réduire la propagation du virus et sa létalité. Comme le Covid-19 se transmet par les éternuements, la toux, les contacts physiques ou le toucher de surfaces infectées, chacun est invité, à chaque étape de sa journée, à éviter autant que possible ces vecteurs de transmission.

Si certaines études pointent l’efficacité des mesures de distanciation sociales dans la lutte contre les épisodes de grippe, lesdites mesures n’ont pas pour intention "d’empêcher totalement la transmission entre personnes mais de l’étaler dans le temps pour ne pas dépasser les capacités d’absorption du système hospitalier" comme l’expliquait dans les colonnes du Soir Marius Gilbert, l’épidémiologiste de l’ULB. Avec la distanciation sociale, l’idée est en effet de réduire le nombre de cas contaminés pour permettre aux hôpitaux de prendre en charge du mieux possible les patients les plus sévèrement touchés.

Interdictions à Bruxelles et en Wallonie

Le Conseil National de Sécurité a émis plusieurs recommandations à l’attention des autorités publiques. La plus emblématique: l’interdiction de tous les événements en intérieur qui rassemblent plus de 1000 personnes. Bruxelles et la Wallonie ont annoncé dans la foulée interdire ce type de rassemblement. Dans la capitale et en Région Wallonne, la visite en maisons de repos est interdite également, en vue de protéger les populations plus sensibles au Covid-19 que sont les personnes âgées. À ce stade, la Flandre n’a pas encore adopté de telles mesures. Ces interdictions prennent effet aujourd’hui et dureront jusqu’à la fin du mois. La situation sera évaluée au jour et susceptible d’être adaptée en fonction de son évolution.

À noter que les autorités sanitaires ne recommandent pas pour l’heure de fermer les écoles, même celles dans lesquelles des cas de contamination ont été relevés. Le conseil donné est toutefois de postposer les voyages scolaires prévus.

Plus de Actu

Notre Selection