Coronavirus: et maintenant, à quoi faut-il s'attendre ?

Teaser

L'épidémie va atteindre son pic en Europe.  L'Italie a déjà pris des mesures drastiques. À quoi vont ressembler les prochains mois ?

Avec près de 3.100 cas et 107 morts, l'Italie est le pays européen le plus touché par le coronavirus, lequel est présent dans 19 régions de la péninsule sur vingt. Le Conseil italien a pris des mesures drastiques pour contenir l'épidémie : fermeture des écoles et des universités pendant dix jours, matchs de football à huis clos, annulation d'événements... Des mesures qui correspondent à la phase 3 de notre plan sanitaire. Lequel, il faut s'y attendre, sera déclenché dans les semaines qui viennent un peu partout en Europe.

Si en France, on est déjà sur le pied de guerre avec l'annulation de plusieurs événements sportifs et culturels, Maggie De Block a répété sur le plateau de la RTBF que la Belgique n'était qu'au début de la phase 2 et qu'il n'était pour l'instant pas question de fermer crèches et écoles ou d'annuler des événements tels que la Foire du Livre ou Batibouw... Au grand dam du Dr Marc Wathelet, spécialiste des coronavirus humains. La phase 3 du plan sanitaire semble donc imminente. Mais à quoi correspondent ces « phases » ?

À lire : notre dossier complet sur le Coronavirus

Phase 1 : Informer et prévenir l'introduction du virus sur le territoire

La phase 1, c'était avant, quand le virus n'était pas arrivé jusque chez nous. Avec cinquante cas désormais confirmés, la phase 2 a été enclenchée.

Phase 2 : Limiter la propagation du virus

Durant la phase 2, il existe des foyers épidémiques dans le pays, mais le virus ne s'est pas propagé sur tout le territoire. C'est le cas dans lequel nous nous trouvons aujourd'hui en Belgique. L'objectif est d'éviter que le virus se propage, notamment en isolant les patients infectés dans un service spécialisé... et en prenant des mesures de réduction de la vie sociale. C'est ce que fait la France en annulant plusieurs événements. En Belgique, nous n'en sommes semble-t-il pas encore là, même si Tomorrowland vient d'annoncer que le festival hivernal (qui se déroule en France) était annulé. Il faut s'attendre à différentes annulations d'événements dans les prochains jours dans le but d'éviter les trop gros rassemblements qui facilitent la propagation du virus.

Phase 3 : Endiguer l'épidémie

À ceux qui en douteraient, il est peu probable que nous échappions à la phase 3. L'Italie y est déjà. La France devrait suivre prochainement, tout comme le reste de l'Europe. Qu'implique cette phase 3 ? Une mobilisation complète du système sanitaire et hospitalier et des mesures importantes de réduction de la vie sociale. A savoir : fermeture des crèches et écoles, restriction de grands événements et d'activités collectives, diminution, voire suspension des transports en commun... En clair, la phase 3 devrait ressembler au lockdown qui avait eu cours à Bruxelles après les attentats de Paris.

Cela va-t-il durer ? Selon les experts, la durée moyenne d'une épidémie est de 2 à 3 mois. Nous y faisons face depuis déjà un mois et entrons désormais dans le pic. Les épidémies suivent en général un même schéma : des personnes infectées vont guérir et être immunisées contre le virus, ce qui, couplé à des mesures d'hygiène et de barrière (le plan sanitaire, donc) devrait freiner et arrêter la diffusion. Mais attention, l'épidémie peut se dérouler en plusieurs phases - un territoire pouvant être recontaminé. Reste que la grande majorité des infectés le sont de manière modérée. Les personnes les plus à risque sont les personnes âgées, au système immunitaire déficient et les nouveaux nés. En résumé, courage, le mois de mars risque de se passer au ralenti et en petit comité.

Plus de Actu

Notre Selection