Covid 19 : le virus de la discorde

Teaser

Entre inquiétudes de certains experts et discours rassurants du gouvernement, la maladie sème le flou. Voilà ce qu’il faut retenir.

Ce qui inquiète

Des inconnues au tableau

Apparu en Chine en décembre dernier, le Covid-19 est récent… et plein de surprises. “Aucun scientifique ne peut prédire avec certitude ce qui va se passer”, estime Jean-Noël Godin, directeur du Groupement belge des omnipraticiens, le syndicat des médecins généralistes. De nombreuses inconnues persistent: les risques de mutation du virus, ses modes de transmissions, etc.

Manifestations diverses

Fièvre, toux, maux de gorge, difficultés respiratoires: les symptômes sont identifiés. Pourtant, il semblerait que certaines personnes infectées ne présentent pas de signes particuliers. Elles sont potentiellement contagieuses malgré tout, et leur identification est compliquée, voire impossible, ce qui augmente les risques de propagation.

Manque d’équipements

Des masques de protection en rupture de stock, des hôpitaux surchargés… dans une lettre ouverte à la ministre de la Santé publique, le docteur en science Marc Wathelet s’inquiète de défauts de logistique.

Éradication compromise

Le coronavirus est désormais présent dans plus de cinquante pays. “Il y a aujourd’hui énormément de foyers dans le monde, le Covid-19 va donc circuler encore longtemps”, juge Emmanuel André, microbiologiste à la KULeuven et membre de l’équipe de référence sur les coronavirus. La maladie pourrait devenir endémique, pour sévir de manière permanente, comme la grippe, par exemple.

Ce qui rassure

Un virus peu mortel

La situation évolue, mais cela ne veut pas dire qu’elle devient plus grave”, rassure d’emblée le microbiologiste Emmanuel André. Si le coronavirus se propage rapidement, son taux de létalité reste faible. “La grande majorité des cas ne présentent pas de gravité”, précise-t-il. Peu dangereux pour les enfants et les adultes en bonne santé, le coronavirus l’est davantage pour les personnes âgées. “Comme pour tous les virus”, souligne Jean-Noël Godin.

Des gestes simples

Face aux risques de contamination, les gestes les plus élémentaires s’appliquent: se laver les mains régulièrement, tousser dans son coude, etc. “Diffuser les bonnes informations et les mesures de précaution à la population évitera que la maladie ne se propage”, plaide Emmanuel André.

Procédure claire

Le directeur du GBO, Jean-Noël Godin, se dit confiant “car la situation est bien gérée”. “Les hôpitaux sont très bien organisés, le corps médical est attentif et les procédures sont claires”, réagit-il. Partout en Europe, des réunions s’organisent afin de prendre les mesures nécessaires.

Traitement en préparation

Dans les laboratoires, c’est le branle-bas de combat pour mettre au point un traitement efficace. Une équipe de recherche de la KULeuven essaye notamment de trouver un remède antiviral. “Des médicaments pourraient être prêts d’ici quelques semaines, voire quelques mois”, affirme Emmanuel André.

Plus de Actu

Notre Selection