International

La Troisième guerre mondiale, c'est pour bientôt ?

La tension est à son comble entre les Etats-Unis et l'Iran. Et les deux puissances ne montrent aucun signe d'apaisement, au contraire.

Depuis vendredi et le raid américain à Bagdad qui a tué le général iranien Qassem Soleimani, la Toile est sur le pied de guerre. Sur Twitter, le hashtag #WWIII est resté au sommet des tendances tout le week-end, les internautes y allant chacun de leur petit tweet humoristique pour relativiser un peu la situation. À ce petit jeu, un étudiant Bruxellois a fait un buzz international avec une vidéo vue plus d'un million de fois sur le réseau social!

Dans un langage très familier, le jeune homme livre son analyse géopolitique de la situation au Moyen-Orient et prédit que les Russes, les Chinois et les Iraniens devront forcément passer par la Belgique et le port d’Anvers s’ils veulent aller aux États-Unis. Il suggère donc aux Belges de se réfugier au Groenland... en empruntant le bus 58 de la STIB. La société des transports publics, jamais en manque d'inspiration pour communiquer sur les réseaux sociaux, a d'ailleurs réagi avec humour.

Une guerre de « quelques minutes »

On rigole, on rigole, mais que se passerait-il si cette Troisième guerre mondiale venait à éclater ? Au cours des dernières années, ce n'est pas la première fois que la tension monte entre plusieurs grandes puissances au Moyen-Orient. En octobre 2016, l'échec des négociations d'un cessez-le-feu entre Washington et Moscou sur le conflit syrien avait fait craindre le pire : une opposition ouverte entre la Russie et ses proches alliés (Biélorussie, Arménie, Kazakhstan, ainsi que la Chine) et la coalition arabo-occidentale (dont fait partie la Belgique). On l'a échappée belle, mais les tensions n'ont pas disparu pour autant...

En janvier 2019, l'horloge de l'Apocalyspe – mécanisme censé prévenir d'un cataclysme planétaire – était figée à minuit -2 minutes. Son niveau le plus critique depuis 1953, quand le monde était plongé en pleine Guerre Froide... Si une Troisième guerre mondiale venait à éclater, elle devrait être bien différente de celles du siècle dernier. D’après le commandement militaire américain, cette guerre serait en effet nucléaire et ne durerait que… quelques minutes, voire dizaines de minutes tout au plus. Autrement dit, le premier à frapper en sortirait certainement vainqueur. Son champ de bataille principal ne serait cette fois pas l'Europe, mais, sans doute, le Moyen-Orient, voire - même si cela est hautement improbable - la Russie et les États-Unis. Mais le Vieux Continent n'en sortirait bien sûr pas indemne pour autant…

Riposte et représailles

Alors, sommes-nous proches d'un nouveau conflit planétaire ? Nancy Pelosi a envoyé une lettre ce dimanche aux représentants démocrates à la Chambre pour leur annoncer le vote cette semaine d’une résolution appelant le gouvernement à "cesser les hostilités militaires dirigées contre l’Iran" dans les 30 jours, si le Congrès ne prend pas d’autres mesures. Son approbation à la Chambre devrait se faire sans peine, étant donné la majorité démocrate, contrairement au Sénat dominé par les républicains, et dont nombre d’entre eux ont exprimé leur soutien au président qui a ordonné l'attaque de Bagdad.

À Téhéran, où la dépouille du général défunt a été acceuillie par une foule innombrable ce lundi, on crie vengeance et on promet une "riposte militaire", ce à quoi Donald Trump a répondu sur un ton très dur : "S'ils font quoi que ce soit, il y aura des représailles majeures". Le Républicain fait ce qu'il fait habituellement dans l'adversité : bomber le torse pour rassurer son électorat. Rappelons que les élections présidentielles auront lieu cette année. Une échéance qui a pour habitude de coïncider avec un engagement militaire américain...

Belga Images

Recevez le meilleur de l'actu selon