Mais qui écoute vraiment des podcasts?

podcast
podcast
Teaser

Les générations s’opposent dans la consommation de podcasts, tandis que les séries de "true crime" passionnent les Américains autant que les Belges.

C’est votre nièce qui ne jure que par les histoires intimes de "Transfert", votre boss accro à "NOIR jaune ROUGE" et aux faits divers macabres, votre dentiste qui ne jure que par les délires culinaires de "Manger" : les podcasts, on n’entend plus parler que de ça. Ces contenus sonores disponibles en ligne, redites d’émissions radio ou même exclusivité du web, connaissent depuis 2015 un véritable retour en grâce. Mais en réalité, qui les écoute vraiment et dans quelle proportion ? La dernière étude de Reuters sur l’information digitale offre un panorama rare sur la consommation internationale de ce média pas si neuf, mais totalement dans l’air du temps.

Plus d’un tiers (36%) de la population mondiale a écouté au moins un podcast au cours du mois passé, révèle ainsi l’agence de presse britannique. En Belgique, le nombre d’auditeurs est bien moindre (23%), mais en hausse constante, d’année en année. Le plus interpellant pourtant est la nette fracture numérique que dessine la consommation de podcasts, puisque ce sont les jeunes qui en écoutent le plus. Aux États-Unis et en Suède, deux grands consommateurs de contenus sonores mobiles, plus de la moitié des moins de 35 ans écoute un true crime ou une émission inspirationnelle durant leurs trajets quotidien, dans les transports en commun (surtout les Européens) ou en voiture (davantage les Américains). La durée moyenne des podcasts est d’ailleurs tout à fait adaptée à cette consommation, avec des épisodes qui durent typiquement entre 20 et 40 minutes. En toute logique, les jeunes écoutent donc également plus de podcasts sur leur téléphone (55%), tandis que les plus de 55 ans préfèrent être chez eux pour lancer un podcast. À l’inverse, ils écoutent deux fois plus la radio "classique" que les millenials — qui ne possèdent bien souvent même pas de poste.

>> Marre des films de Noël ? Voici les 5 podcasts à écouter

podcast
"NOIR jaune ROUGE", la nouvelle série de podcasts de la RTBF.

Mais les différentes générations ne consomment pas non plus de podcasts pour les mêmes raisons. Si tous apprécient de pouvoir y apprendre quelque chose de neuf, par exemple, les jeunes préfèrent être divertis, tandis que les plus âgés aiment tout simplement se tenir au courant de ce qui se passe dans le monde, dans leur pays, ou dans leur rue. Une opposition "divertissement" versus "actualité", qui s’explique aussi par l'intérêt des plus jeunes pour des contenus très spécifiques, et celle de l’autre génération pour une information plus généraliste.

Le retour du fait divers

De manière générale, les polars et enquêtes sonores sont parmi les genres les plus appréciés. C’est en effet le podcast "Serial", dont la première saison est sortie en 2014 et a créé un véritable raz-de-marée, qui a notamment relancé l’intérêt populaire pour le genre. Les true crime francophones sont également de plus en plus nombreux, avec entre autres en 2019 la sortie de "Mille degrés", "Le grêlé" ou encore la doublure de "Dr. Death", rebaptisé "Dr LaMort". Même les contenus d’information utilisent des techniques de narration à suspens pour accrocher l’auditeur — même s’il s’agit en réalité d’expliquer les mécanismes de l’impeachment de Donald Trump. Chez nous, la RTBF surfe également sur la vague, avec le lancement tout récent de "NOIR jaune ROUGE", une série de fictions littéraires lues basées sur des faits réels, et proposée par des auteurs belges tels que Myriam Leroy, Sébastien Ministru ou encore Adeline Dieudonné. La preuve également que le monde de la radio peut se réinventer à travers le podcast, avec des formats qui n’auraient pas leur place dans une matinale, mais s’épanouissent ici avec créativité, audace et un plaisir non-dissimulé.

Plus de Médias

Les plus lus