Gilets jaunes: qu'est-ce qui a changé depuis un an?

Teaser

Le 17 novembre 2018, le mouvement des "gilets jaunes" naissait dans les rues parisiennes. Un an et plusieurs victoires sociales plus tard, le mouvement espère vivre une deuxième jeunesse.

Il y a un an, la France assistait à la première manifestation des gilets jaunes. Le 17 novembre 2018, à Paris, 282.000 personnes selon les chiffres officiels participaient à l'événement avec leur dossard jaune fluo. Avec la particularité de s'être rassemblé de façon spontanée, sans cadre politique ou syndical. À l'origine, les contestataires dénonçaient surtout la hausse des taxes sur les carburants. Ensuite, la politique sociale et fiscale complète du président Emmanuel Macron a été ciblée.

Depuis, la lutte, pacifiste même s'il y a eu des dérapages, s'est évidemment un peu essoufflée. Quelques milliers de manifestants sortent encore tous les week-ends dans les rues des grandes villes françaises. Pour l'anniversaire du mouvement, 200 actions (manifestations, occupations de rond-point, etc.) sont prévues. Les forces de l'ordre françaises s'attendent à quelques milliers de participants. En Belgique aussi le mouvement des gilets jaunes a tenté de rebooster leur mouvement avec une action vendredi soir sur le parking de l'autoroute E42 de Strépy-Thieu.

Les victoires du mouvement

Mais en un an, qu'est-ce qui a changé, au juste? En Belgique, les conséquences ont été anecdotiques. En France par contre, les gilets jaunes ont obtenu plusieurs victoires. Dès le 10 décembre 2018, la hausse de la fiscalité sur les carburants a été annulée pour l'année 2019. À la même date, Macron a annoncé une hausse de 100 euros par mois pour les salariés du Smic et des heures supplémentaires défiscalisées pour une valeur de 10 milliards d'euros.

Autre mesure importante: la baisse de l'impôt sur le revenu qui a été validé par l'Assemblée nationale le 16 octobre dernier. Cette mesure permettra dès l'an prochain de faire gagner 350 euros par an à 12 millions de foyers. Enfin, le gouvernement autorise désormais les patrons à verser 1.000 euros de prime exceptionnelle non taxées aux salariés qui touchent moins de 3.600 euros par mois. En outre, les petites retraites seront réindexées sur base de l'inflation dès le 1er janvier 2020.

Le mouvement des gilets jaunes a aussi poussé le président à lancer le "grand débat national" dont le but est de permettre à toutes et tous de débattre des "questions essentielles pour les Français". Au programme: la transition écologique, la fiscalité, l'organisation de l'État et des services publics, et le débat sur la démocratie et la citoyenneté.

Pour répondre à ces quelques demandes des gilets jaunes, le gouvernement a injecté 17 milliards d'euros dans l'économie.

BELGAIMAGE

Vers une renaissance du mouvement?

Les gilets jaunes attendaient cependant un peu plus du gouvernement. Or Emmanuel Macron a notamment écarté l'idée de rendre le vote obligatoire proposée par le Référendum d'initiative citoyenne (RIC). Pas question non plus pour lui de prévoir un impôt sur la fortune. De nombreux Français estiment cependant que leurs revenus sont toujours insuffisants et ne leurs permettent pas de vivre dans des conditions acceptables. C'est pourquoi certains espèrent que le mouvement profite de cet anniversaire pour renaître plus fort qu'avant…

Notre Selection