Un prof du MIT a la solution contre les bouchons à Bruxelles

Teaser

Bruxelles et Anvers sont connues pour faire partie des villes les plus embouteillées au monde. Un constat qui a poussé un prof du MIT à nous chercher une solution. Il présentera son projet de "hub" au monde politique ce jeudi.

Un million d'heures. C'est le temps passé par les automobilistes belges dans les embouteillages au cours de ces dix dernières années. Selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), cela représenterait un coût de 2 % du PIB national, soit 4,35 milliards d'euros par an. Bruxelles et Anvers, en particulier, sont souvent considérées comme faisant partie des villes les plus embouteillées au monde. Cela a suffi à intriguer le professeur d'urbanisme au Massachusetts Institute of Technology Alexander D'Hooghe. Sa solution? L'installation de "hubs multimodaux" dans le nord de la Capitale et dans le nord d'Anvers.

Trottinettes et bus autonomes

La lente disparition des avantages fiscaux qui encouragent les Belges à prendre la voiture, la démocratisation des moyens de mobilité douce comme les vélos ou trottinettes électriques et les nombreux projets de développement des transports en commun (RER, allongement du métro bruxellois, etc.) lui ont mis la puce à l'oreille. Il explique dans un communiqué: "Dans ces hubs, chacun peut choisir le moyen de transport le plus efficace pour poursuivre son trajet jusqu'à son lieu de travail ou de rendez-vous. Nous voudrions compléter ce modèle, en accordant pendant les moments de pointe la priorité aux véhicules ayant de la place pour plusieurs passagers, sur des voies de bus ou des voies séparées reliant les hubs urbains aux périphéries, par exemple." Il propose en outre aux travailleurs des bus autonomes qui feraient la navette de façon permanente.  

38 % du temps de trajet en moins

Alexander D'Hooghe compte y intégrer des points relais où l’on pourrait retirer ses colis. Ainsi, une part non négligeable des camions et camionnettes de livraison n'aurait plus à se rendre dans le centre-ville. Ces plates-formes pourraient accueillir divers commerces, des supermarchés ou des crèches, et permettraient la construction de nouveaux logements aux abords de ces hubs, bien moins bruyants que des autoroutes. Selon l'étude, cela raccourcirait la durée du trajet domicile-travail de 30 % à Anvers et de 38 % à Bruxelles.

L'étude du MIT évoque des aménagements très concrets. Dans le nord de Bruxelles, par exemple, le chercheur propose d'installer deux zones Park & Ride assorties de quelques installations multimodales le long de l'E19, l'une près de Peutie et l'autre dans les environs de Grimbergen/Strombeek-Bever. Il imagine deux grands hubs multimodaux avec parking à la gare de Vilvorde et à l'aéroport de Bruxelles, mais également deux pôles multimodaux à Schaerbeek et à la station Bordet. Ainsi, un navetteur qui fait Louvain-Bruxelles pourrait se rendre à l'aéroport en train, puis prendre un tram à destination d’un point de mobilité périphérique et prendre un vélo électrique pour aller travailler, en un temps record. Des projets de ce type pourraient se concrétiser aux quatre coins de la capitale, pourquoi pas aux abords de la E411, et de la première ville flamande.Reality Belgium

Le chercheur termine: "Ce projet ne sera possible que si toutes les parties, y compris les différentes autorités publiques, sont impliquées." Le professeur présentera ainsi son projet ce jeudi aux décideurs politiques lors du sommet annuel de l'immobilier Realty. La balle est dans leur camp…

Notre Selection