Documentaire : "Chasse à l'homme", des enfants et des grenades

Teaser

Chasse à l’homme se penche sur la prise d’otages rocambolesque de Tilff, à la fin des années 80.

On va sortir sur une civière ou en petits morceaux.” C'est dans ces termes que Philippe Delaire, gangster français recherché, s’adresse aux forces de l’ordre. Nous sommes à Tilff, en 1989. Cette petite bourgade tranquille, près de Liège, est le théâtre d’une prise d’otages qui tient la Belgique en haleine. Le samedi 16 septembre, trois hommes entrent chez les Jeuris et séquestrent le couple et ses deux filles. L’objectif des truands? Emmener le père, Guy, directeur d’une agence bancaire, à son travail, garder sa famille prisonnière le temps de vider les coffres, puis relâcher tout le monde. Simple. Mais ce plan à un énorme défaut: il est mis à exécution le week-end. Personne n’entre dans la banque sans que la police ne soit alertée. Les braqueurs resteront donc dans la maison avec la famille en attendant lundi. Mais Guy Jeuris échappe à ses gardiens et prévient les autorités.

En quelques heures, la maison est encerclée de policiers et de journalistes. Delaire et ses complices s’engagent dans un bras de fer. Leurs atouts? La femme et surtout les deux enfants qu’ils menacent - ils ont à leur disposition des grenades et des explosifs. Pour le reste, les preneurs d'otages improvisent: ils n’avaient absolument pas anticipé la situation. Le leader du trio a une exigence: il ne parlera qu’avec le commissaire Léonard. Peu coutumier des négociations, ce dernier gérera les échanges avec bon sens durant la prise d'otages la plus longue de l’histoire criminelle belge. Jusqu’au dénouement rocambolesque. Chasse à l’homme, la série documentaire en quatre épisodes coproduite par la RTBF, revient sur des traques qui ont marqué l’opinion publique. À coups d'images d'archives et de témoignages (notamment le très humain Jacques Léonard), l’émission nous replonge dans la tension de l'époque. Un must pour les amateurs du genre.

Plus de Médias

Notre Selection