Série gentrification

La quête de mixité transformera-t-elle la population de Molenbeek ?

Si les classes moyennes reviennent doucement à Molenbeek, la gentrification n'a pas encore réellement atteint la commune. Mais quelques indices laissent à penser qu'elle pourrait bientôt y trouver un terreau fertile.

Jour de marché le long de la rue du Comte de Flandre à Molenbeek. Le soleil tape sur la centaine de stands qui relient l'église St-Jean-Baptiste et la place communale. Le marché a du succès, tant qu'on a du mal à se déplacer entre les gens et qu'on s'excuse régulièrement d'avoir tapé dans un caddie. Si elle existe à Molenbeek, la gentrification ne se lit pas ici. Pas de bobos dans les environs. L'accent mis sur les produits bons marchés rappelle le peu de revenu d'une partie des habitants.

Laissant l'église dans notre dos, on est attiré par la lueur qui se dégage de la rue de l'Avenir. Le contraste entre ses deux rives est saisissant. A droite, des habitations vieillottes et des avis d'expulsion pour insalubrité. A gauche, des façades neuves en briques rouges et des terrasses joliment aménagées. Au fond, le canal, représentant presque à lui seul le phénomène de gentrification qui, selon certains, guette Molenbeek. "Je n'ai pas l'impression que la population du quartier change", commence une jeune femme qui promène ses courses. Mais au fil de la discussion, elle précise qu'effectivement, ses nouveaux voisins ont effectué des travaux dans leur maison. "Et je sais que des néerlandophones ont fait la même chose dans la rue là-bas. Et dans une autre un peu plus loin, une copine m'a dit que des gens plus aisés avaient acheté."

La gentrification est un phénomène particulièrement difficile à percevoir et chacun lui donne le sens qu'il veut. On commence notamment à soupçonner son apparition lorsque les achats d'habitations par une nouvelle population se multiplient. Dans une commune telle que Molenbeek, qui doit gérer au quotidien le fragile équilibre entre recherche de mixité et protection de sa population, l'enjeu est essentiel.

Comme Berlin ?

Alors, Molenbeek s'embourgeoiserait-elle ? Non, pour Olivier Mahy, échevin MR chargé du Logement et ex-échevin de l'Urbanisme. "Cela fait vingt ans qu'on la craint mais il n'y a pas de gentrification à Molenbeek ! Chacun a bien sûr le droit d'avoir sa perception des choses, mais je préfère me baser sur des critères objectifs. Molenbeek reste dans le haut du classement des communes les plus pauvres. On assiste plutôt à un retour des classes moyennes. Elles avaient quitté les quartiers Machtens, Osseghem ou Mettewie et commencent à revenir via les quartiers historique, du centre ou Maritime. Et encore, il s'agit d'une classe moyenne aux revenus relativement limités."

Molenbeek n'est pas sur le point de modifier drastiquement sa structure démographique, c'est un fait. Mais l'apparition d'une série d'indices inquiète Gaspard Schmitt, agent de développement local intégré à l'asbl La Rue. "C'est un processus diffus et qui prend du temps. Molenbeek n'est pas au stade d'Ixelles ou de Saint-Gilles, c'est clair. Mais on sent que le terrain se prépare pour accueillir de nouveaux projets, de nouveaux investisseurs et à terme, de nouveaux habitants." Il rappelle ensuite le nombre important de propriétaires pauvres incapables d'entretenir leur habitation et qui se résignent à la revendre à un ménage plus aisé. "Une situation qui participe à une transformation de la population..."

Et puis, il y a le vocabulaire utilisé par quelques politiciens molenbeekois, qui irrite Gaspard Schmitt. "Dans leur bouche, il faut relancer, redévelopper Molenbeek. Comme si ceux qui y vivent n'en étaient pas dignes. Et quand Pascal Smet vient à la Porte de Ninove et dit vouloir faire comme à Berlin, je ne sais pas s'il se rend compte qu'il prend en exemple une ville notoirement en proie à la gentrification."

©TD

Trois chambres sinon rien

Jeune travailleuse, Diana a fait l'acquisition d'une maison dans le quartier Maritime l'an dernier. Une bâtisse en bon état, pas trop chère et facilement retapable. Un bien abordable qui vaut aujourd'hui un peu plus. "La maison a pris de la valeur et j'ai conscience que ce n'est pas spécialement positif car cela peut contribuer à la gentrification du quartier." Sournois, le phénomène s'implante en effet malgré les habitants.

Elle aperçoit elle également la gentrification comme une possibilité à Molenbeek. "Dans certains quartiers plus que dans d'autres. Je n'ai pas l'impression que l'on investisse beaucoup à Beekant par exemple, mais dans le centre ou dans le quartier Maritime, cela commence. Le bouche-à-oreille fonctionne assez bien et beaucoup de gens se rendent compte que c'est nettement plus abordable. Par contre, je pense que ceux qui décident d'acheter à Molenbeek le font pour y vivre, ce qui est plutôt positif. "

Effectivement, les ménages qui investissent à Molenbeek y restent et les promoteurs immobiliers semblent avoir délaissé l'idée de diviser des maisons unifamiliales en plusieurs appartements. "C'était l'une de mes priorités quand je suis devenu échevin de l'Urbanisme, signale Olivier Mahy. On ne divise plus en dessous de 200m², et au-dessus, il faut que cela soit bien fait."

Les promoteurs sont par contre à l'affut de grands projets de construction. Des bâtiments s'apprêtent d'ailleurs à sortir de terre à Sainctelette, à la Porte de Ninove ou sur le quai du Hainaut, proposant des dizaines de logements en grande partie privés. Des logements qui ne sont pas destinés aux Molenbeekois, même si Olivier Mahy promet d'accompagner ces projets et de ne pas laisser les prix s'envoler. "On fait très attention à ce que les loyers restent dans une limite raisonnable et nous exigeons au moins 20% de trois chambres." Un agencement sur lequel l'échevin insiste. "Je considère le trois chambres comme l'étalon-or car Molenbeek accueille de nombreuses familles avec plusieurs enfants. Elles ne peuvent se sentir bien que si elles ont de l'espace. La commune connait un important turnover et selon moi, il est en partie dû au fait que les habitants sont à l'étroit dans leur logement."

Tours d'ivoire

Ces nouveaux projets sont sans cesse dénoncés par les riverains. Près de la place du Cheval Noir, l'ancien entrepôt Dépôt Design devait se transformer en un immeuble privé de huit étages. C'est peu dire que les habitants ont chahuté les autorités. "On essaye de nous imposer un projet qui va mettre en valeur des gens mais qui fera souffrir les habitants. Nous nous sentons laissés pour compte. En plus, un tel bâtiment créerait une muraille entre Molenbeek et Bruxelles" expliquait un riverain à la DH l'an dernier.

A l'image des associations de quartier, ils craignent de voir débarquer une nouvelle population isolée dans des tours d'ivoire. "Ces tours seront totalement cloisonnées et les espaces verts seront destinés aux habitants de ces tours. En rien, ce genre de projets ne crée de la mixité sociale" prévient Gaspard Schmitt. Pour lui, l'érection de ces nouveaux immeubles ne constitue pas la bonne réponse aux problèmes de logement des Molenbeekois. "La systématisation de ce genre de projets qui vont petit à petit se lier entre eux risque de changer la structure démographique de la commune. Les autorités doivent plutôt aider les petits propriétaires, développer le parc social, lutter contre les logements vides et contrôler les loyers."

Un appel qui se fracasse sur l'autel du réalisme. "La commune n'a pas les moyens de financer les rénovations des particuliers, ni d'anticiper les couts d'entretien de nouveaux logements sociaux. Le problème est toujours le même, il faut trouver l'argent" souffle Olivier Mahy.

Mixité à sens unique

S'il se refuse à parler de gentrification, Olivier Mahy ne peut nier le changement radical opéré le long du canal, dont la rive fait aujourd'hui office de ligne de démarcation entre populations précarisées et plus aisées. "Je ne vois pas le problème" assure l'échevin. "C'est bien de voir des trucs sympas apparaitre sur le territoire de Molenbeek, non ?" Oui, même si l'on n'a pas vraiment rencontré la mixité tant souhaitée par les autorités aux abords des bars et commerces qui zieutent le canal. "Ce n'est pas grave. La mixité est plutôt à trouver au quotidien, dans les rues, plus que dans les commerces ou dans les modes de consommation. C'est important de montrer que des gens extérieurs ont envie de venir vivre à Molenbeek."

Mais la mixité ne se décrète pas. Et elle apparait toujours dans le même sens. "Ce sont les riches qui viennent vivre dans les quartiers pauvres, jamais l'inverse, répond Gaspard Schmitt. On balance de la mixité sociale mais les prix augmentent..."

Les autorités communales doivent reconnaitre qu'il leur est difficile de cracher sur des projets immobiliers appelés à dynamiser les différents quartiers et à provoquer l'arrivée prochaine d'une population plus aisée. Reste alors à voir si elle se fera au détriment des Molenbeekois actuels. "J'analyse le problème en fonction des intérêts de chacun. Celui des promoteurs n'est pas le même que celui de la population ou des associations. Celui de la commune est d'attirer des investisseurs et de développer son assise fiscale grâce à des habitants plus riches. C'est logique, je ferais pareil à leur place. Mais notre priorité, c'est que ceux qui résident à Molenbeek vivent mieux et qu'ils puissent y rester !" conclut Gaspard Schmitt.

©TD

Recevez le meilleur de l'actu selon