"Dans les yeux d'Olivier", retour sur les destins brisés par les attentats

Teaser

Olivier Delacroix excelle une fois encore à rendre compte de destins brisés, ici par un attentat.

Chaque épisode de Dans les yeux d’Olivier implique une lourde charge émotionnelle. Ce gars pourrait rencontrer votre facteur qu’il parviendrait à vous faire pleurer (ou rire, parfois), étant passé maître dans l’art de révéler ce qu’il y a de plus singulier chez chacun de ses interlocuteurs, et dans la manière de les faire s’exprimer. Mais le rendez-vous de ce soir dégage une puissance rare. On l’a déjà dit souvent, le programme d’Olivier Delacroix prend aux tripes. Son talent pour s’effacer au profit de l’histoire d’un anonyme est devenu inhabituel à la télévision. Alors quand il prend la main de survivants de la vague d’attentats qui a secoué la France entre 2015 et 2016, notre cœur se serre rien qu’à écouter le déroulement des événements.

Ils n’avaient rien demandé et la vie les a placés au mauvais endroit au mauvais moment. Laurence, David et le petit Enzo n’étaient pas en France quand ils ont croisé le regard de la mort. C’était à Tunis, trois mois après les attentats de Charlie Hebdo. Au musée Bardo, Laurence a pris deux balles. Elle est toujours là pour en parler, mais la famille peine, quatre ans plus tard, à surmonter l’épreuve. Samira et Mickael étaient également en famille quand le pire s’est produit. Ils se baladaient sur la Promenade des Anglais le 14 juillet 2016. Ce soir-là, ils ont perdu Yanis, leur fils de quatre ans, heurté par le camion qui fait irruption dans la foule. Une soirée qu’ils abordent avec un courage que l’on peut à peine imaginer. Un courage que l’on retrouve encore chez Jean-Luc, présent dans l’Hyper casher parisien en janvier 2015, ou chez Marion, qui vit avec les séquelles de l’attentat du Bataclan. Des témoignages terribles qui claquent comme une baffe, mais qui n’auraient pas pu trouver de meilleur écho que Dans les yeux d’Olivier.

Plus de Médias

Notre Selection