Sound of Freedom: comment la musique pop a changé nos comportements

© Isopix
© Isopix
Teaser

Arte rappelle dans une programmation copieuse étalée sur l’été comment la musique pop a changé nos comportements. Salutaire.

Il n’y avait qu’Arte pour se lancer dans une telle mission. Du 5 juillet au 25 août, chaque samedi et dimanche en soirée, la chaîne culturelle propose films (Woodstock, bien sûr, mais aussi Easy Rider ou le cultissime The Big Lebowski des frères Coen, ce dimanche à 20h55), concerts et documentaires (notamment Freedom, magnifique portrait du regretté George Michael qui est diffusé le 12 juillet à 22h25) qui, tous à leur manière, célèbrent l’émancipation, la réalisation de soi, la tolérance et les changements sociétaux par le biais de la musique et de ceux qui la créent.

Après le docu Yoko et Ono (diffusé le 5 juillet), l’inédit Sound Of Freedom, intelligente enquête menée par Don Letts (le DJ et vidéaste anglais ami de The Clash) sur ces artistes conscientisés qui est proposée en deux parties ce dimanche 7. D’Aretha Franklin dont le Respect est désormais chanté dans toutes les manifs féministes au Born This Way de Lady Gaga en passant par la version reggae d’Aux armes etc. de Serge Gainsbourg, Letts rappelle comment le public s’est réapproprié des chansons pour les élever en hymnes à la liberté et à la tolérance. Et si Lennon était le premier à être conscient qu’un titre comme l’utopique Imagine n’aurait jamais le pouvoir de changer le monde, force est de constater qu’il a toutefois amené  les gens à réfléchir autrement. Ou à réfléchir tout court, ce qui est déjà une grande victoire.

La liberté concerne aussi ceux qui en sont privés. Le documentaire Behind The Walls présenté en fin de soirée revient pour sa part sur les concerts mythiques donnés par Johnny Cash (photo) dans les prisons. “Folsom Prison” (où il a joué en 1968 devant des  serial killers condamnés à la peine de mort) et “San Quentin” (1969) sont les épisodes “carcéraux” les plus connus du chanteur country qui ont débouché sur des albums live. Arte les évoque avec de belles images d’archives qui nous emmènent aussi derrière les barreaux d’un pénitencier de Nashville où Cash donne du réconfort à des têtes brûlées en compagnie notamment de Linda Ronstadt.

Plus de Médias

Notre Selection