Tour de France : La Belgique, coeur de cyclisme

Teaser

En guise d’apéritif au départ de la Grande Boucle à Bruxelles, la RTBF consacre ce jeudi dès 17h une soirée à l’événement.

Àl’heure où le sport n’a jamais été aussi mondialisé, accueillir l’un des trois principaux événements de la planète constitue pour un petit pays comme le nôtre une opportunité dont on peine à mesurer la réelle portée. Alors qu’on voit mal les Jeux Olympiques revenir un jour chez nous après l’unique édition de 1920 à Anvers, encore moins imaginer se disputer une Coupe du monde sur notre sol, le Tour de France, 106e du nom, s’invite, lui, en trouvant l’opération “tout à fait logique” - dixit son directeur Christian Prudhomme -, elle qui nécessite le déplacement de 4.500 personnes. Et si la Grande Boucle s’installe trois jours chez nous en s’élançant de Bruxelles, la proximité géographique n’en est pas la véritable raison: “La Belgique est le cœur du cyclisme, et a surtout le plus grand coureur de l’histoire, Eddy Merckx, à qui nous voulions rendre hommage”, a encore commenté Prudhomme.

Diffusé dans près de deux cents pays, le cyclisme d’aujourd’hui n’a plus grand-chose à voir avec celui de 1958, année de l’autre départ bruxellois, ni même celui de 1969, date du premier des cinq sacres de Merckx. Mais par les temps qui courent, replacer un instant la capitale belge et européenne sur la carte mondiale fait sens, sans parler des retombées culturelles, écono-miques, touristiques, même si on peut regretter les 20 tonnes de déchets et les 400.000 autres de CO2 que génère… une seule étape! Mais on comprend, évidemment, que la RTBF mette les petits plats dans les grands l’espace d’une soirée, avec la présentation des équipes et la diffusion de trois documen- taires, dont un inédit (Au Tour des Belges) raconté par Rodrigo Beenkens et qui, à travers archives et témoignages, rappelle l’importance de ce long feuilleton annuel, suivi chaque année par plusieurs cen- taines de milliers de passionnés.

Belga Images

Plus de Aucun nom

Notre Selection