Plongée dans l’Amérique des catwalks

© Prod
© Prod
Teaser

Versailles 73, révolution de la mode montre le triomphe du prêt-à-porter sur la haute couture.

Le 28 novembre 1973, un événement de charité se transforme en tournant décisif fashion. Avec humour, intelligence, érudition et recul, la réalisatrice Deborah Riley Draper revient sur le duel qui a opposé les stylistes parisiens et américains dans ce décor symbole de la puissance française. Verdict: les Frenchies ont perdu, par K.-O. Ce que l’on va découvrir, ce sont les coulisses de l’événement, à travers des images mais surtout des interviews de protagonistes. Ce qui se jouait là, initialement pour récolter les fonds nécessaires à la rénovation du palais de Versailles, c’était la nouvelle querelle des Anciens et des Modernes. Chaque nation avait envoyé ses troupes d’élite. Sous les yeux de Grace de Monaco, Andy Warhol (photo), Liza Minnelli, Christina Onassis et Joséphine Baker, Yves Saint Laurent, Christian Dior, Hubert de Givenchy et Emmanuel Ungaro, soit les ténors de la haute couture, ont exposé tout leur savoir-faire artisanal, leur sens du luxe, de la coupe, de l’allure, dans des mises en scène spectaculaires. 

En face, Anne Klein, Stephen Burrows, Oscar de la Renta, Bill Blass et Halston lancent des jeunes femmes en robes fraîches, libres de leurs mouvements dans la galerie des Glaces. Parmi les mannequins, des modèles noirs. Autre révolution, ô combien essentielle. Le casual cool, le sportswear, l’ouverture, la beauté actuelle ont ringardisé en quelques passages les codes de l’Ancien Monde. Quatre mois plus tard, un top afro-américain faisait la couv de Harper’s Bazaar. Ce changement des mentalités est le vrai sujet du film. En split-screen, il confronte les récits de ces premiers mannequins noirs, Pat Cleveland, Alva Chinn, Bethann Hardison, aux images d’archives. Un beau travail d’analyse et de mise en perspective, doublé d’une réflexion sur le temps qui passe.

Plus de Médias

Notre Selection