Qu'est-ce qui ne tourne pas rond chez Sherlock Holmes?

Teaser

Atteint d’un mystérieux mal, Sherlock redouble d’efforts pour mener à bien ses enquêtes.

On l’avait connu en bien meilleure forme. En fin de saison 5, Sherlock Holmes (Jonny Lee Miller) avait, à de multiples reprises, inquiété ses aficionados. Pertes de mémoire, hallucinations. À l’évidence, quelque chose ne tournait pas rond dans l’esprit du célèbre détective. D’autant plus que dans les derniers instants, un scan de son cerveau était réalisé. On s’en doute, les troubles que subit le héros seront au cœur de cette sixième salve inédite, diffusée il y a un an aux États-Unis. Le suspense sera toutefois de courte durée: les téléspectateurs découvriront de quoi souffre l’enquêteur dès le premier épisode de ce soir. Ayant des répercussions sur sa vie, ces maux viendront perturber sa relation avec son acolyte, Joan Watson (Lucy Liu), qui peinera à faire confiance à son partenaire. Pour ne rien arranger, la disparition d’un proche pourrait bouleverser encore un peu plus tout ce petit monde.

Côté casting, cette fournée s’accompagne de peu de changements, à l’exception du retour de Morland (John Noble, Fringe), le père de Sherlock, et de l’arrivée notable du comédien Desmond Harrington (vu dans Dexter et Gossip Girl) dans la peau de Michael. Un personnage dont Sherlock va faire la connaissance à l’occasion d’une réunion et qu’il aurait aidé sans le savoir. Sa présence dans ces chapitres n’aura rien d’anodin et, là aussi, servira de fil conducteur cette année, qui se trouve être l’avant-dernière de la série lancée en 2012! En effet, en perte d’audience de l’autre côté de l’Atlantique, Elementary a été annulé à l’issue de sa septième saison, composée de six parties, tout juste programmées là-bas. De quoi offrir une belle porte de sortie à ses différents protago-nistes qui, pour l’occasion, évolueront dans un cadre qui devrait vraiment ravir les puristes!

Plus de Aucun nom