Propos racistes contre Salima Belabbas: RTL contre-attaque

Teaser

La nouvelle présentatrice du JT de la chaîne belge privée a fait ses débuts cette semaine. Une première saluée par les médias et plusieurs internautes… mais malheureusement entachée par de nombreux commentaires racistes.

Comme chaque année à l’approche de l’été, RTL met à l’essai plusieurs présentateurs pour son journal télévisé. Mardi dernier, c’était au tour de la journaliste Salima Belabbas de s’essayer au métier lors du JT de 13h. Un début réussi selon plusieurs médias. Mais certains internautes n’ont pas été de cet avis et rapidement, les propos insultants et racistes à l’égard de la journaliste se sont multipliés sur la toile. RTL a vite réagi en modérant les commentaires jugés problématiques. Une rapidité saluée par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel dans un communiqué : "Le CSA salue l’intervention de l’éditeur qui a modéré les pages de ses réseaux sociaux et apporte son soutien à Madame Belabbas".

De son côté, la chaîne privée, au lieu d’une plainte contre X, a décidé de collaborer avec l’Unia, l’AJP et le CSA pour que la diversité soit respectée dans l’ensemble des médias et que "les outils nécessaires soient déployés pour éviter que ce genre d’incident ne se reproduise", nous confirme Christopher Barzal, Corporate et Media Relations Director chez RTL Belgium. "RTL plaide pour que les faits dénoncés donnent lieu à une réflexion étendue à l’ensemble du secteur médiatique et aboutissent à un plan d’actions efficace", insiste l’entreprise dont l’objectif est d’inviter tous les médias à trouver une façon de veiller à la protection de leurs employés exposés à des propos racistes dans le cadre de leur travail.

"En plus de la sensibilisation du public à laquelle l’ensemble des médias se doit de veiller, il apparait qu’au-delà d’une plainte contre X qui restera le plus souvent lettre morte, les moyens d’action pour préserver toute personne de propos xénophobes et haineux demeurent trop limités et ce, alors qu’ils sont censés être sévèrement punis par la loi", indique RTL Belgium.

Réglementation

Au niveau européen et belge, le CSA rappelle que de nouvelles mesures "devraient permettre de mieux réguler les plateformes de partage vidéo". Depuis novembre 2018 et la modification de la directive européenne sur les services de médias audiovisuels, ces plateformes doivent remplir plusieurs obligations, notamment en matière de lutte contre les discours haineux. "La directive doit encore être transposée dans chaque État-membre. Au sein de son Collège d’avis, le CSA rassemble le secteur audiovisuel depuis le 4 juin dernier avec pour objectif celui d’émettre un avis sur la transposition de cette directive dans le droit belge", promet le Conseil.

Pas une première

Le cas de Salima Belabbas n’est pas isolé. On se souvient de celui de Cécile Djunga il y a quelques mois. La présentatrice météo de la RTBF avait diffusé une vidéo dans laquelle elle expliquait être régulièrement victime de propos racistes. Son témoignage avait fait le tour du web. Chez RTL, Christopher Barzal nous confirme qu’il ne s’agit pas de la première personne touchée par ce genre de comportements haineux. "C’est systématique, il y a une régularité dans ces propos envers nos collaborateurs dans le cadre de leur activité professionnelle. C’est donc une question de symbole. Salima ne s’exprimera pas, ce n’est pas son job. Mais le nôtre est de la défendre", précise la chaîne dans un communiqué. "Toute discrimination se doit d’être dûment sanctionnée. Ce faisant, RTL plaide pour que les faits dénoncés donnent lieu à une réflexion étendue à l’ensemble du secteur médiatique et aboutissent à un plan d’actions efficace. RTL souhaite œuvrer activement à ce qu’aucun de ses employés n’aient plus à s’inquiéter de ce que pourraient en dire les 'haters' lorsqu’ils auront à accomplir ce qui n’est rien d’autre que leur profession, qu’ils exercent du fait de leur talent et de leurs compétences", continue-t-elle.

Passée par des études de droit à l’ULB, Salima Belabbas est ensuite diplômée d’un master en journalisme à l’UCLouvain. Après ses études, elle travaille en radio sur Bel RTL et Radio Contact. Elle débute en tant que présentatrice en 2012 dans le magazine "Scènes de crime" sur Club RTL. L’année suivante, elle est engagée pour remplacer Audrey Leunens dans "Images à l’appui". Elle est ensuite intégrée à la rédaction du JT d’RTL et assurait les flashs info lors des élections du 26 mai. C’est donc une journaliste compétente et tout à fait à sa place qui fait face aujourd’hui à la brutalité de certains "haters"…

Plus de Actu

Notre Selection