Les meilleurs films du 8 août 2014

Teaser

Chaque jour, Moustique sélectionne les films à voir ou à revoir. Au programme de ce vendredi, les bandes-annonces, critiques et étoiles de :

  • Les anges sauvages
  • L'exorciste
  • Progeny
  • Very Bad Games

Les anges sauvages [3*]

TCM 14H50

De Roger Corman (1966). Avec Peter Fonda, Nancy Sinatra.

Si Easy Rider, tourné en 1969, constitue la référence ultime en matière de film de bikers, Les anges sauvages fait pourtant figure de précurseur. On y retrouve d'ailleurs là aussi Peter Fonda en tête d'affiche, dans un récit d'un réalisme décoiffant au point de compter de vrais Hells Angels parmi les figurants! Une épopée sauvage et violente accompagnée par une B.O. percutante, dont un morceau servira plus tard de musique de générique au mythique Visa pour le monde de la RTB.

L’exorciste [3*]

TCM 20H40

De William Friedkin (1973). Avec Ellen Burstyn, Linda Blair.

Quarante ans après, le chef-d'œuvre horrifique de Friedkin n'a rien perdu de sa force. Le réalisme terrifiant du récit, l'angoisse qui monte crescendo de même que certaines séquences-chocs liées à la fillette possédée par le diable constituèrent à l'époque un tournant dans ce genre de productions et ont inspiré bon nombre de scénaristes depuis. Une référence en la matière qui se laisse voir et revoir.

Progeny [2*]

PLUG RTL 21H20

De Brian Yuzna (1999). Avec Arnold Vosloo, Jillian McWhirter.

Spécialiste dans le domaine du gore, Brian Yuzna a signé quelques perles du genre, dont Le dentiste est un des exemples les plus délirants. Bien plus sérieux dans son scénario, Progeny se déroule comme une honnête série B horrifique. Sans effets superflus mais en jouant efficacement sur la suggestion, le récit mène peu à peu vers une conclusion gratinée qui ne manquera pas de satisfaire les amateurs.

 

Very Bad Games [1*]

BE1 20H55

De Josh Stolberg (2014). Avec Ross Nathan, Ben Begley.

Dans la lignée des parodies à la Scary Movie, Very Bad Games fait feu de tout bois pour composer une comédie sans queue ni tête mais truffée de références. C'est là que réside son principal - et même son seul - intérêt: une grosse louche de Very Bad Trip, une pincée de Hunger Games, un zeste de Ted…: pour la subtilité, on repassera, mais ce n'était évidemment pas la préoccupation première des producteurs.

Plus de À voir

Notre Selection