[DOC] Welcome to the 90's: grunge, riot grrrl, britpop, nu metal

Teaser

Quatrième week-end, déjà, de l'été d'Arte dédié aux nineties. A épingler: le grunge, les bands, l'unplugged.

Jeans troué, chemise à carreaux, t-shirt délavé et baskets sales. Certains ajoutaient le perfecto en cuir ou les "combat shoes". D'autres ont même adopté le style en osant se laver les cheveux plus d'une fois par mois. Le grunge. Un style qui n'en était pas un et que l'on dit né à Seattle, dans les garages d'une poignée de groupes de rock qui se gaussaient devant les looks des punks de la côte Est et les tenues amplement craignos des rappeurs. Nous sommes à l'épilogue des années 80. Rien ne va plus, les jeunes sont faits. Dans les soirées, on ne sait plus trop sur quel rock danser, ni comment s'habiller. La mode et la musique semblent s'être mises d'accord pour partir dans tous les sens. Tellement d'accord qu'elles vont réussir à faire du grunge une anti-mode et une anti-musique, empreintes à la fois de désillusion et de rébellion, de frustration et de revendication. Très vite, les porte-parole sont appelés en renfort, évincés de leurs caves de répète pour donner un semblant de sens à une philosophie balbutiante. Nirvana, Pearl Jam, Sonic Youth, Bush, Soundgarden ou Alice In Chains sont élus à l'unanimité.

Pendant que le grunge, marque de fabrique yankee, prend du galon, la résistance s'organise notamment autour de la britpop. Blur, Oasis ou Pulp sont parmi les premiers à répliquer en Angleterre. Mais Kurt Cobain et son infatigable "Nevermind" ont la dent dure, accentuant encore un peu plus leur audience lorsque la chaîne MTV, en 1994, alors que le groupe lâche au monde le tourmentant "In Utero", leur prête les clés de l'émission MTV Unplugged. Un succès posthume pour Cobain, qui tirera sa révérence avant la sortie de l'album. Mais une nouvelle victoire pour le grunge qui, en se faisant acoustique, donnera une dimension supplémentaire à son aura, devenant à la fois musical, sage, vibrant et, du coup, intemporel. Avec, comme héritage, cette folle énergie du désespoir dont Arte, ce week-end, nous raconte chaque bouffée et chaque souffle.

 Egalement: The 90's in music Live, clips & Unplugged DIMANCHE 10 Arte 0h05 [3*]    

Plus de A la télé aujourd'hui

Notre Selection