[CYCLISME] Tour du Benelux

Teaser

En dix ans à peine, le Tour du Benelux est devenu un rendez-vous incontournable de la saison cycliste.

Calé entre deux grands Tours, ceux de France et d’Espagne, le Tour du Benelux jouit d’une place au calendrier que bien des épreuves internationales lui envient. En moins d’une décennie d’existence, cette course (qui ne traverse pas le Luxembourg et qui a avalé le défunt Tour des Pays-Bas), a notamment su se faire un nom grâce au statut privilégié que les plus hautes instances lui ont attribué dès sa naissance, en 2005: celui d’épreuve "UCI World Tour" (ex-"Pro Tour"). En d’autres termes, elle figure parmi les 28 épreuves les plus rémunératrices de la saison, en points et en argent. Servant par ailleurs de belle rampe de lancement pour préparer les mondiaux de Ponferrada en Espagne fin septembre, l’épreuve a tous les atouts pour attirer quelques-uns des meilleurs coureurs du monde. A l’heure d’écrire ces lignes, des personnalités comme Tom Boonen, André Greipel, Alexander Kristoff, Philippe Gilbert, Fabian Cancellara ou Tony Martin - un ancien lauréat - avaient par exemple déjà confirmé leur présence.

Scindé en sept étapes, puisque la course démarre aujourd’hui pour se clôturer dimanche, le Tour du Benelux offre un parcours aussi alléchant que fédérateur: sprinteurs, spécialistes du contre-la-montre, baroudeurs et hommes de classique peuvent y trouver leur compte. Ainsi, après quatre premières étapes plates, dont un contre-la-montre de 9 km à Breda mercredi, les trois derniers jours s’annoncent corsés, avec l’emprunt des routes du Tour des Flandres (arrivée à Grammont vendredi), de Liège-Bastogne-Liège (arrivée à La Redoute samedi, pour l’étape reine) et de l’Amstel Gold Race dimanche. En l’absence de Rodrigo Beenkens, qui peut difficilement suivre le rythme désormais effréné du vélo à la télévision, c’est Kevin Paepen qui aura à charge de nous faire vivre cette belle semaine cycliste. 

Plus de À voir

Les plus lus