Décryptage

Pourquoi Apple est en train de se casser la figure?

Apple dégringole en Bourse. En trois mois, le géant a perdu près de 40 pour-cent de sa valeur. Que se passe-t-il du côté de la marque à la pomme ? Analyse.

Vendredi matin, les médias internationaux avaient les yeux rivés sur la courbe descendante de l’entreprise américaine qui pèsent des milliards de dollars. 600 pour être précis. Un montant encore tout à fait astronomique, mais qu’il l’est beaucoup moins quand on se rappelle qu’Apple était devenue en août la première entreprise privée à dépasser les 1.000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Et il n’y a pas que les producteurs du mythique IPhone qui en pâtissent puisque l’ensemble du secteur a été fragilisé après cette annonce (Amazon, Facebook, Alphabet). Même chose du côté de Wall Street qui chute lourdement.

Pourtant, même si Apple se savait en baisse de régime, l’entreprise n’imaginait pas en arriver là. "Même si nous avions anticipé des difficultés dans des marchés émergents importants, nous n’avions pas mesuré l’ampleur de la décélération économique, surtout en Chine", détaille Tim Cook, le directeur général, dans un courrier adressée aux investisseurs. Désormais, le chiffre d’affaires du dernier trimestre de 2018 de celle qui a révolutionné le monde de l’informatique culmine à 84 milliards de dollars. Selon les prévisions, il devait plutôt se situer entre 89 et 93 milliards. Coup dur. Il s’agit de la pire séance depuis six ans. Mais alors, que s’est-il passé ?

Bataille commerciale

Cette diminution considérable s’explique d'abord par la baisse des ventes du produit phare de la marque : l’IPhone. La commercialisation du dernier de la bande, l’IPhone XR, s’est avérée décevante, mais tous les autres produits sont davantage vendus certifient Tom Cook. Alors le souci ne viendrait pas principalement de là. Il faut quitter les États-Unis et traverser le monde pour en trouver l’origine. En Chine. Une majorité des technologies vendues par les géants du numériques sont produits en Asie, principalement à Pékin et Taïwan. Sauf que, depuis plusieurs mois, une guerre commerciale fait rage entre les USA et la Chine, Donald Trump en chef de file.

©Belga Images

Il y a un an, le 45e président des États-Unis décide d’augmenter considérablement les taxes douanières sur des produits conçus majoritairement par les Chinois. La guerre est déclarée et les entreprises, dont Apple, finissent au rayon des dommages collatéraux. Si les échanges commerciaux se compliquent davantage, les baisses des chiffres d’affaires devraient continuer leur trajectoire.

Rien ne sert de noircir le tableau outre mesure. Les technologies et le digital restent des secteurs en pleine expansion qui ont encore de beaux et longs jours devant eux à condition de savoir rebondir. Apple a démontré qu'elle était pleine de ressources et devrait certainement trouver une combine pour remonter la pente sans y laisser trop de plumes.

Recevez le meilleur de l'actu selon