Venom : quand Marvel déçoit

1

Après une apparition dans Spider-Man 3 de Sam Raimi, Venom revient sur grand écran pour une aventure solo qui peine à convaincre - malgré Tom Hardy.

Eddie Brock est un journaliste d’investigation qui s’intéresse d’un peu trop près à Carlton Drake et sa Life Foundation, une entreprise qui travaille secrètement sur des matériaux venus d’autres planètes. Une nuit, il est infecté par un Symbiote, une entité extraterrestre bien connue des lecteurs de comics Marvel. Son corps devient alors l’hôte de Venom, un monstre qui se nourrit d’êtres vivants. Mais au delta de la cohabitation difficile, le plus gros défi d’Eddie Brock sera d’arrêter Cartlon Drake. Enfin, ça, c’est ce qu’il se passe à l’écran. Car en réalité, le plus gros défi d’Eddie Brock - alias Tom Hardy - c’est de rendre toute cette histoire crédible. Et c’est malheureusement loin d’être le cas. L’acteur britannique (starifié depuis Mad Max : Fury Road et dont le visage est une fois de plus masqué, comme dans Dunkerque ou The Dark Knight Rises de Christopher Nolan - et en attendant de le retrouver dans Fonzo, biopic du gangster Al Capone) donne tout ce qu’il a, mais rien n’y fait. Le film de Ruben Fleischer (Zombieland) patauge dès les premières scènes et ne sait jamais sur quel pied danser. Venom est-il un film sérieux ou comique ? Le personnage est-il gentil ou méchant ? Spider-Man sera-t-il impliqué par la suite ou non ? Des questions qu’on ne devrait plus se poser, à une époque où les films de superhéros sont clairement définis et s’inscrivent dans une trame globale. Venom n’est pas un film déplaisant en soi. Le casting est réussi (difficile de se planter avec Michelle Williams et Riz Ahmed) et certaines scènes d’actions valent le détour. Mais il arrive avec près de vingt ans de retard, et ça ne pardonne pas. Vivement Joaquin Phoenix en Joker pour DC Comics.

Anthony Mirelli

Genre : Fantastique

Venom

Réalisé par Ruben Fleischer avec Tom Hardy, Michelle Williams, Riz Ahmed – 112’

Recevez le meilleur de l'actu selon