Review

Fly Away 2018: Sonnfjord sous la pluie

Un violent orage a entraîné l’annulation du concert de Sonnfjord et le report de celui de Mustii. Mais il en faut plus pour plomber le moral des festivaliers et des artistes. Récit et interview vidéo de Sonnfjord.

C’est la dure loi des séries. L’année dernière, lors de la deuxième édition du Fly Away qui se déroulait à Cargèse, en Corse, Sonnfjord avait dû interrompre son concert après quelques chansons seulement à cause de la pluie. Ce jeudi, à Napitia, en Calabre, la formation emmenée par Maria-Laetitia Mattern n’est même pas montée sur scène. Un violent orage s’est en effet abattu sur le Clud Med où se déroule cette nouvelle salve du festival belge all-in suivi par quelques 800 vacanciers mélomanes. Par mesure de sécurité, la prestation de Sonnfjord a été purement et simplement annulée, celle de Mustii étant reportée de vingt-quatre heures.

Les Mots Bleus 

Si la déception se lisait sur le visage des membres du groupe, le moral a vite repris le dessus. Aurelio, multi-instrumentiste de Sonnfjord et frangin de Maria-Laetitia, a présenté ce vendredi matin son side project Aurel, mélange subtil de chanson française et de pop hédoniste. Maria-Laetitia, pour sa part,  a été invitée par les Liégeois de Pale Grey pour une reprise des Mots Bleus de Christophe. Dans notre vidéo ci-dessous, Sonnfjord revient sur ses péripéties au Fly Away et dévoile ses projets pour la rentrée, avec un concert particulièrement attendu le 4 octobre prochain au Botanique.

Alcool et déguisements

Est-ce que l’ambiance a été plombée par cette météo capricieuse ? Non, pas vraiment. Dans la grande tradition des fêtes de Club Med, une soirée Anges et Démons (avec la soirée White et la mousse party) était organisée et nos amis Bronzés ont vite oublié les annulations des concerts. Non contents d’avoir confié leurs enfants à la garde de nounou ou de mamy pour venir s’éclater au Fly Away pendant cinq jours, les parents quadras qui constituent la principale cible du festival,  ont aussi emprunté à leur progéniture cornes de diable (rouge), masque de Gorillaz et ailes d’anges achetés chez Dreamland. Résultat: une party déguisée, alcoolisée et un brin décadente. Par respect pour la paix dans les ménages, nous n’en dirons pas plus… Comme le chantaient Thierry Lhermitte, Anémone et leurs amis "On va s'en fourrer jusque là, darla dirladada. Pousse la banane et mouds l'kawa. Tous les soirs on f'ra la java darla dirladada". Oui, c’est aussi ça, le Fly Away.

Recevez le meilleur de l'actu selon