La polémique

Qui sont les "Schild & Vrienden" ?

Ce mouvement de "droite dure" né il y a quelques mois en Flandre fait trembler le nord du pays depuis la diffusion d'un reportage très dur sur la VRT. Pour prendre la relève du sinistre "V.M.O." ou pour faire revivre le mythe romantique d’une Flandre forte et souriante ? Enquête.

"On pourrait en rire. On pourrait le balayer comme une stupidité. Mais ce serait minimiser. C'est quelque chose qui doit nous inquiéter. Pas ma Flandre", écrit sur Twitter le président du CD&V Wouter Beke. Les propos sexistes et racistes tenus par le mouvement "Schild & Vrienden" dans un reportage diffusé par la VRT mercredi soir ont suscité l'indignation des politiques flamands. On y découvre la face sombre du mouvement conservateur de droite à travers et de son fondateur, Dries Van Langenhove, qui explique que tout citoyen doit "être prêt aux combats" pour pouvoir "stopper la menace que représente l'immigration". Pour y parvenir selon ses dires, il faut s'entraîner, se maintenir en bonne forme physique et suivre des cours de tir. La directrice flamande d'Unia, Els Keytsman, s'est exprimée à ce sujet : "Nous rassemblons nos différents dossiers portant sur Schild & Vrienden car nous l'avions déjà depuis longtemps dans le collimateur. Ce travail exemplaire de journalisme d'investigation constitue une preuve accablante supplémentaire avec laquelle nous allons saisir la justice. Nous allons également contacter le magistrat de référence".

Il y a quelques mois, notre journaliste Gauthier De Bock rencontrait également Dries Van Lagenhove.

Ils portent le même tee-shirt et regardent le combat de Krav-Maga qui oppose deux des leurs. C’est par cette photo relayée par la presse que l’on a fait connaissance avec Schild & Vrienden. Des jeunes gens de droite dure, flamands, habillés de la même façon et pratiquant un sport de combat, voilà qui rappelait des souvenirs. Et pas nécessairement de bons. Le V.M.O., le Vlaamse Militanten Orde en premier lieu et ses promenades musclées, avec Bert Eriksonn à sa tête, un ancien para qui s’agissant de jeunes gens en uniforme s’y connaissait puisqu’il avait goûté à ces plaisirs en devenant membre, à l’âge de 10 ans des Jeunesses hitlériennes. Le V.M.O fût mis hors la loi en 1981. Peu de temps avant la dissolution de sa milice, Eriksonn devait créer un nouveau Parti : le Vlaams Blok… La soif insatiable d’activisme le poussa, également, à créer la branche flamande de « Blood & Honor », un groupe suprématiste blanc dont le nom est tiré de "Blut und Ehre", "Sang et Honneur", la devise … des Jeunesses hitlériennes. La boucle du ceinturon était bouclée. Autre élément de contexte : celui qui fonda, en 1949, le V.M.O. s’appelait Bob Maes, un ancien collabo, dont le nom réapparut dans l’actualité, en octobre 2014, lorsque notre Secrétaire d’Etat à la Migration, Théo Francken fût pris en photo en sa compagnie lors du nonantième anniversaire du vieux militant.

"Rats de gauche, dehors"

Mais associer Schild & Vrienden à une nouvelle milice flamingante tiendrait du procès d’intention. Après tout, le magazine Knack décrit ce mouvement comme "romantique". Bon. Voyons d’un peu plus près. Le nom du mouvement et le chiffre "1302" inscrit sur leur tee-shirt. Selon la tradition "Schild en vriend" était le mot de passe qu’avait la milice flamande qui, en 1302, contrôlait l’origine ethnique des habitants de Bruges. Les personnes qui prononçaient ces mots avec un accent français étaient passées par le fil de l’épée. Voilà pour le romantisme "historique". Maintenant, voyons le romantisme actuel. Sur sa page Facebook, on apprend que le groupe a tenté de protéger la liberté de paroles de Théo Francken lors d’une conférence. En criant "Linkse ratten, rolt uw matten !", "Rats de gauche, dehors !" à l’attention des militants anti-Francken. Romantisme historique, obsession de la gauche… what else ?

Une vidéo plus sérieuse

Quoi d’autre ? Une photo de Dylan Vandersnickt, l’ancien vice-président des Jeunes de la N-VA qui dut quitter ses fonctions après avoir diffusé un dessin "humoristique" où une grenouille représentant un réfugié violait une militante du PTB pro-réfugiés. À noter que le jeune homme s’est donné la mort en octobre dernier… L’analyse des profils Facebook des membres mentionnés de Schild & Vrienden nous apprend que beaucoup d’entre eux aiment les blagues racistes ou antisémites, les Groupes identitaires, Théo Francken, Donald Trump, la Catalogne et le KVHV, l’Union des Etudiants Catholiques flamands. La vidéo de présentation de S & V montre des images de foules musulmanes, d’attentats terroristes, de la destruction d’une statue à la mémoire de soldats confédérés, d’affrontements entre policiers et syndicalistes… Voilà qu’un jeune homme portant un tee-shirt bleu intervient, face caméra : "Est-ce vraiment le futur que nous voulons ?". En néerlandais, bien entendu. Il s’agit de Dries Van Langenhove, le créateur de Schild & Vrienden. On sait, donc, à peu près, ce que le fondateur du mouvement ne veut pas. On est allé lui demander ce qu’il voulait.

Gand, dans un repaire de gauchistes…

Dries Van Langenhove est bachelier en sciences politiques et en droit et étudie à l’Université de Gand pour obtenir son Master en droit. Il a été élu par ses pairs comme l’un des 4 représentants des étudiants de l’Université gantoise. Cet intellectuel - il parle 4 langues – a tenu à conserver un lien avec la "réalité" : il a étudié 2 ans, en cours du soir, pour obtenir un certificat en plomberie. Il nous a donné rendez-vous au « Vooruit » une ancienne coopérative ouvrière et socialiste. Aujourd’hui le "Vooruit" est une salle de concert qui dispose d’un large bistrot fréquenté de jeunes alternatifs et de moins jeunes "bobos". De fait, lorsqu’il arrive, Dries Van Langenhove détonne, cintré dans un impeccable costume bleu nuit…

Qu’est que c’est Schild & Vrienden ?

DRIES VAN LANGENHOVE – C’est un mouvement qui réunit des jeunes gens qui veulent un meilleur avenir pour la Flandre.

Quand et pourquoi est-il né ?

Je l’ai créé sur Facebook au début de cette année pour permettre à notre communauté de discuter, en privé, de thèmes sociétaux, de sujets politiques et de poster des « memes » - des dessins humoristiques et des détournements d’image - sans subir la pression du « politiquement correct ».

Le terme "Schild & Vrienden" renvoie à un massacre…

J’ai choisi ce nom par blague. Je trouvais ça drôle…

Vous avez 2000 sympathisants, 700 membres "actifs", vous avez organisé des cours de Krav Magav… votre but, c’est de prendre en charge la sécurité des interventions en public de Théo Francken ?

Non... mais, nous avons été choqués par le fait que lorsque Mr Francken prenait la parole quelque part, il y avait du sabotage, des graffitis, des vitres brisées, la destruction totale… Nous considérions qu’il était anormal qu’un politicien démocratiquement élu ne puisse pas s’exprimer sur ce qu’il réalise. Alors, lorsqu’il est venu à Gand, nous avons fait en sorte que ces gens d’extrême gauche, ces vandales – c’est ce qu’ils sont – ne puissent pas en faire qu’à leur tête et étouffer la parole du ministre. Une parole intéressante : Mr Francken est l’un politiciens les moins politiquement corrects.

Vous n’aimez pas cette notion…

Le politiquement correct empêche les vrais débats…

Les débats sur les statues en hommage aux confédérés ?

Evidemment, je suis contre l’esclavage… Mais, maintenant, c’est une statue de confédérés qu’on renverse, mais après, ce seront des monuments en hommage à la deuxième guerre mondiale. Ils veulent tout détruire. Cette machine gauchiste du politiquement correct ne s’arrêtera jamais. Il faut la stopper!

Il s’agissait d’un symbole de la supposée suprématie blanche !

Je trouve ça stupide de considérer que les Confédérés étaient tous mauvais et que les nordistes étaient tous bons. De la même manière, je ne permettrais pas qu’on fasse la même chose avec une statue de Léopold II… c’est l’Histoire ! On doit apprendre de l’Histoire, pas la détruire.

Bon, on parle du passé, maintenant, parlons du futur. Quel est celui que vous souhaitez ?

Ce que nous voulons c’est nous occuper des gens plus âgés, nous voulons nettoyer les rues et les campagnes des déchets qui les polluent. Nous voulons aussi fêter St Nicolas avec « Zwarte Piet », avec le père fouettard. Nous voulons montrer que le modèle social de la Flandre est meilleur que celui qui est en train de le remplacer en ce moment. Nous voulons montrer aux immigrants que ce modèle est le bon et qu’il faut qu’ils s’y adaptent. On ne doit pas tous être blancs. N’importe qui peut vivre ici, mais peut vivre en tant que flamand et adopter la manière de vivre flamande.

Ca veut dire quoi ? Il faut être catholique ?

Non, il ne faut pas être catholique même si le catholicisme a été un pilier de notre société. Il faut juste faire preuve de respect envers nos traditions, envers la Police, les pompiers… Il n ‘y a plus de respect, actuellement. Le respect pour la Flandre, pour ses traditions, c’est ce que nous voulons promouvoir.

Oui, mais lorsqu’une tradition a des relents racistes…

La tradition de "Zwarte Piet" n’est, selon moi, absolument pas raciste.

Vous pensez quoi de la Belgique ?

Je n’ai rien contre les Belges francophone, mais, je suis pour l’Indépendance de la Flandre. C’est un moyen d’avoir une meilleure société : moins de taxes, de règles et de structures politiques…

L’immigration doit-elle être stoppée ?

L’immigration de masse, oui. L’immigration choisie, non. Je crois qu’à Bruxelles, il y a 150 000 illégaux, voilà qui cause de grands problèmes de criminalité. L’Europe est le seul endroit sur terre où tout le monde peut venir… ça ne va pas : si moi, je veux m’installer en Arabie Saoudite, je dois demander un visa et m’adapter…

Si vous étiez au pouvoir comment géreriez vous la situation actuelle en la matière ?

Je ferais rechercher les illégaux et je les déporterais. C’est un sale travail, mais il faut le faire sans quoi notre pays tombera en ruines.

Théo Francken, fait-il du bon travail ?

Oui, il fait du bon travail, mais il ne renvoie pas assez de personnes chez elles : l’eau monte trop vite pour la pompe.

Vous êtes lié à la N-VA ?

Je ne suis affilié à aucun parti politique. Par ailleurs, je suis clairement de droite, mais je ne suis ni un extrémiste, ni un raciste.

Entre Trump et Clinton, entre Le Pen et Macron ?

Trump, sans aucun doute et je ne connais pas bien Le Pen, mais je n’aurais pas voté pour Macron.

Pourquoi pratiquer du Krav-Maga ?

La jeunesse flamande doit être forte mentalement mais aussi physiquement. On doit être fiers, forts. On n’est pas agressifs, ces cours de self défense améliorent notre structuration « mentale ».

L’Islam, c’est un problème ?

Oui, bien entendu. C’est un modèle de société en lui-même et c’est une menace pour la société flamande.

Et Dylan Vandersnickt, c’était un problème ?

Dylan était membre de « Schild & Vrienden ». Il a dû quitter la vice présidence des Jeunes N-VA à la suite du « mème » maladroit posté sur les réseaux sociaux. C’était un gars adorable, vraiment gentil, qu’il se soit suicidé est une grande perte. Mais ce sont les hyènes des médias qui ont transformé toute cette histoire pour attaquer la N-VA.

C’était un "mème" raciste, "pépé la grenouille" est une figure utilisée par les extrêmes droites…

Non, je ne trouve pas. Ca décrivait une réalité : à force de vouloir laisser rentrer des réfugiés, voilà ce qui se passe. Ces "mèmes" sont une manière actuelle de communiquer efficacement. Les gens n’ont pas le temps de lire, il faut faire passer rapidement une idée. Et avec humour, c’est encore mieux. D’ailleurs « Schild & Vrienden » c’est un « mème », un détournement humoristique, qui renvoie rapidement à une idée, tout comme "Linkse ratten, rolt uw matten!" qui est un "mème" de "Franse ratten, rolt uw matten", "Rats français, dehors !", une vieille chanson flamande du 19ème siècle…

Article publié dans le Moustique en novembre 2017.

Recevez le meilleur de l'actu selon