Couple Gagnant : Ophélie Fontana et Vincent Langendries racontent leur Coupe du Monde

Pendant toute la Coupe du monde, David Houdret interroge des personnalités sur les émotions que leur procure le football. Cette semaine, Ophélie Fontana et Vincent Langendries.

Tout au long de cette Coupe du monde, vous n’avez pu louper Ophélie Fontana et Vincent Langendries. Duo à l’écran et couple à la ville. Elle, aux tenues colorées sur les différents plateaux des journaux télévisés de la RTBF. Lui, chemise blanche ou polo au plus près des Diables Rouges. Elle, en Belgique. Lui, en Russie. Pourtant, les mêmes mots, les mêmes couleurs ou les mêmes joueurs sont choisis quand ils évoquent leur passion pour la Coupe du monde en particulier ou le football en général. Amour avec un grand A.

Le football en un mot

Ophélie Fontana - Fête! J’aime tellement les moments festifs d’après victoire. J’aime les émotions tellement positives que cela peut véhiculer.
Vincent Langendries - Émotion! Un Mondial, ça fait vibrer un peuple. Même chez ceux qui n’en ont “rien à foot”.

La première émotion foot

O.F. - Mexico 86, en famille, à la maison. J’avais 7 ans! Cette image des joueurs sur la Grand-Place…
V.L. - Le but d’Erwin Vandenbergh en match d’ouverture du Mondial 82 contre l’Argentine. J’avais 13 ans! Première vraie explosion de joie. Puis, évidemment, la campagne de 1986 et ce fameux match contre l’URSS.

La Coupe du monde en un mot

O.F. - Magique. Parce que même les gens qui ne sont pas accros au foot la suivent et sont tenus en haleine.
V.L. - Magique! Un moment qu’on attend pendant 4 ans avec fébrilité.

Le meilleur souvenir d’un Mondial

O.F. - Je pense que le meilleur moment, je ne l’ai pas encore vécu. Ce sera ce 15 juillet 2018, quand nous soulèverons la coupe. Un beau cadeau d’anniversaire pour moi…
V.L. - Les moments de bonheur passés aux côtés des Diables lors de victoires en 8e de finale en Coupe du monde! En 2014, après le match face aux États-Unis. Ou après cette folle rencontre contre le Japon ici en 2018.

L’équipe préférée

O.F. - La Belgique. Vu mes origines, quand l’Italie joue, j’ai une équipe “de réserve”. Cette année pas, donc je compte uniquement sur la Belgique.
V.L. - Les Diables Rouges, évidemment!

Le joueur favori

O.F. - Eden Hazard, forever and ever. Pourquoi aller voir ailleurs quand il y a tant de talent chez nous? J’aime le joueur, mais aussi l’homme pour sa simplicité et son lâcher prise!
V.L. - Eden Hazard et Romelu Lukaku.

Le club favori

O.F. - Je n’ai pas ce côté “fan” d’un club en particulier. J’ai une affection pour le championnat anglais et le style de jeu développé. Et vu qu’on a la chance d’y voir évoluer pas mal de Belges, autant en profiter.
V.L. -Tubize. Et aucun club à l’étranger.

Le stade favori

O.F. - En Belgique, le stade de Sclessin. L’ambiance est tellement différente et il y a plus de proximité. À l’étranger, j’ai expérimenté Chelsea. Même si ce n’est pas le stade anglais où l’ambiance est la plus chaude, c’est quand même une autre culture que chez nous.
V.L. - Le stade dans lequel nous gagnerons un jour la Coupe du monde!

Le maillot favori

O.F. - J’aime beaucoup la version jaune du maillot de la Belgique. Il est solaire.
V.L. - Le maillot jaune des Diables. Et celui de l’Argentine.

Le tic de supporter

O.F. - Dès que je vais au stade, c’est d’office la bière et le pain saucisse.
V.L. - Je suis superstitieux, mais ce sont des petits trucs variés.

Recevez le meilleur de l'actu selon