Décès

Tom Wolfe est mort

Enquêteur modèle, romancier héritier de Zola, icône du style, il incarnait le nouveau journalisme américain. Il avait 88 ans.

Tom Wolfe était l’incarnation de l’excentricité new-yorkaise, même s’il est né en Virginie en 1931. Avec ses costumes blancs, ses chemises parmes, sa canne et ses chaussures confectionnées sur mesure, Tom Wolfe avait imposé un look d’une élégance exemplaire qui ne souffrait aucune critique. Mais Tom Wolfe, bien sûr, était plus qu’une silhouette dont il avait fait sa griffe. Sa vraie signature, il l’imposait sur des romans qui, toujours, ont fait appel à l’enquête journalistique, lui, qui entre dans la postérité pour avoir été l’un des chantres du nouveau journalisme américain. 

Cette façon de faire du reportage en se mettant en scène, en utilisant le "je" comme un pied de nez à la sacro-sainte et illusoire objectivité journalistique. Cette manière de mixer investigation et fiction qui le poussera à écrire l’une des pièces maîtresses du genre – Acid Test, long portrait d’une communauté hippie – celle des Merry Pranksters menée par Ken Lesey, l’auteur de Vol au-dessus d’un nid de coucou.  Autre chef-d’œuvre du nouveau journalisme à la Tom Wolfe : L’étoffe des héros, reportage paru en 1979 sur les années de recherches de la NASA qui sera adapté dans un film à succès de Phil Kaufman avec Sam Shepard

Le cinéma pointe encore le génie narratif de Tom Wolfe – qu’il dit avoir hérité d’Emile Zola, son idole – en portant à l’écran son roman-miroir des années 80 – années fric – Le bûcher des vanités paru en 1987. Réalisé par Brian de Palma avec un casting hyper-eighties (Tom Hanks, Bruce Willis, Melanie Griffith), le film reste un repère important dans l’évolution de la société vers un libéralisme décomplexé. Suivra en 1999, Un homme, un vrai – formidable portrait d’un business man du Sud qui cristallise tous les travers de l’homme blanc mis à jour aujourd’hui par la campagne "#metoo". En 2012, Tom Wolfe publie son dernier grand roman – Bloody Miamie – basé sur une enquête dans les arcanes du pouvoir d’une Floride où la communauté latino, le commerce de l’art et l’économie nocturne se disputent les meilleures places de parking – et partant, le management d’une cité élevée au rang de futur de la pensée bling-bling.

Recevez le meilleur de l'actu selon

 

Les sites de L'Avenir Hebdo SA utilisent des cookies. Qu’est-ce que cela signifie pour vous ? Plus d’infos Masquer cette notification