Polémique

Affaire Damso: l’hypocrisie totale

 L’Union belge de football a finalement cédé à la pression des sponsors, pourtant partenaires d’autres événements qui accueillent le rappeur.

 

Après la virulente polémique de ces derniers jours, l’Union belge de football a publié ce vendredi matin un communiqué officiel précisant qu’elle renonçait  à son choix en faveur de Damso pour réaliser la chanson officielle des Diables rouges en vue de la Coupe du Monde en Russie. "Nous déplorons au plus haut point la controverse sociale qui est apparue ces derniers jours  », écrit l’Union dans un communiqué. «  Cette controverse est en contradiction avec tout ce que l’URBSFA représente et éloigne l’attention de toutes les valeurs dont notre Fédération se fait le porte-drapeau. Cela explique pourquoi nous avons décidé (de commun accord) de mettre fin à la collaboration avec Damso".

L’Union belge tient surtout à s’excuser "vis-à-vis de toutes les personnes qui se sont senties offensées, discriminées ou amoindries à l’occasion du choix en faveur de l’artiste en question.  La controverse sociale autour dudit artiste et l’agitation de ces derniers jours font en sorte de détourner complètement l’attention de tout ce qui prime pour l’Union Belge de Football ",  continue le communiqué. "Nous endossons la pleine responsabilité de cette controverse et de cette agitation. Nous en tirerons certainement les leçons nécessaires pour le futur afin de véhiculer nos valeurs positives avec encore plus de conviction . Malheureusement , cela implique qu’il n’y aura pas de chanson officielle en vue de la Coupe du Monde 2018  », conclut le communiqué.

Ce vendredi matin, sans un mot, Damso a balancé un son sur son compte Twitter. On ne sait pas encore si c'est l'hymne, mais il bat le fer tant qu'il est chaud.

Le rôle ambigu des sponsors

Ce volte-face de l’Union belge (en début de semaine, elle confirmait encore son choix de Damso) s’explique surtout par la pression des sponsors officiels des Diables Rouges qui sont montés aux barricades contre le choix de Damso.  Dominique Leroy, CEO de Belgacom et Ben Bijnens, country manager de Coca-Cola Services Belux ont notamment signé une lettre de protestation envoyée à l’Union Belge.

Hypocrisie

Nous rappelons que les griefs à l’égard du rappeur belge ne concernent pas l’hymne officiel des Diables Rouges que personne n’a encore entendu, mais bien des paroles de chansons figurant sur des albums commercialisés depuis longtemps (ses albums "Ipséité" en 2017 et "Batterie Faible" en 2016). Belgacom, via sa filiale Proximus, est aussi le sponsor officiel du festival les Ardentes et y installe pendant la durée du festival un stand promotionnel pour attirer les jeunes. Une forme de marketing indirect tout à fait louable. La CEO de Belgacom n’avait pas réagi quand Damso s’était produit devant 20.000 personnes aux Ardentes le 5 juillet 2017. Proximus est encore partenaire cette année de Couleur Café et des Ardentes qui accueillent Damso, respectivement le 29 juin et le 5 juillet.  Madame Leroy va-t-elle aussi envoyer une lettre de protestation?

On rappelle aussi que Coca-Cola est partenaire officiel de Forest National. Les bars Coca-Cola tournaient à plein régime le 20 octobre 2017 lorsque Damso s’y est produit devant 10.000 fans qui ont repris en chœur ses chansons aujourd’hui critiquées pour leurs paroles déplacées. On  ne pourra s’empêcher de penser qu’il y a beaucoup d’hypocrisie dans cette affaire qui n’empêchera pas Damso de publier son hymne aux Diables Rouges et des milliers de jeunes de l'écouter. C’est vrai qu’avec le Grand Jojo, on est dans le politiquement plus correct…  
 

Recevez le meilleur de l'actu selon