Vos produits d’entretien ne sont pas si clean que ça

Teaser

Les rayons des supermarchés dédiés à l’entretien de la maison n’ont jamais été aussi remplis. Rien de tel en effet que de vivre dans un environnement propre et sain. Sauf que frotter la saleté à l’aide de certains produits peut s’avérer dangereux pour la santé. Ce sont les résultats d’une étude norvégienne interpellante.

"Laver tue", pourrait-on presque écrire sur certains produits ménagers, à l’instar des messages préventifs sur les paquets de cigarettes. En effet, utiliser certains produits d’entretien régulièrement serait aussi nuisible pour les poumons que de fumer un pack de cigarettes par jour. C’est ce qui ressort en tout cas d’une étude de l’université de Bergen publiée ce mois-ci dans la revue American Journal of Respiratory and Critical Care Medicine. Pour arriver à ces résultats, les chercheurs ont suivi 6230 personnes sur une période de vingt ans.

Bien entendu, nettoyer n’est pas dangereux en soi. C’est par contre l’exposition à des agents chimiques contenus dans certains produits d’entretien qui l’est. Ces substances auraient des effets nocifs sur le système respiratoire et augmenteraient alors le risque d’asthme et de problèmes pulmonaires chez les techniciens et techniciennes de surface ainsi que chez les particuliers qui nettoient leur maison. Ces produits irritent les membranes qui tapissent nos poumons, entraînant au final des dommages durables et le "remodelage" des voies respiratoires.

Produits chimiques © Unsplash / Lurm

Les femmes plus touchées ?

Selon l’étude, ces problèmes seraient spécifiquement plus importants chez les femmes. En effet, le déclin des capacités pulmonaires chez les techniciennes de surface ou les femmes utilisant régulièrement des produits de nettoyage à domicile est alors comparable à celui d’une personne fumant 20 cigarettes par jour sur 10 à 20 ans. Les scientifiques signifient toutefois que leur travail présente certaines limites à ce sujet, car le nombre d’hommes exposés à des produits de nettoyage dans l’étude est plus faible que celui de femmes. Ce qui expliquerait ce "risque accru" chez ces dernières. Rappelons toutefois que, dans la plupart des pays de l’Union européenne, le secteur du nettoyage est majoritairement composé de femmes En Belgique, par exemple, près des deux tiers des emplois dans ce secteur sont occupés par des femmes.

Rayon de supermarché © Belga Image / BELPRESS

De l’eau et du vinaigre 

Dans tous les cas, les scientifiques craignent que "de tels produits chimiques, en causant régulièrement des dommages aux voies respiratoires jour après jour, année après année, puissent accélérer le taux de déclin de la fonction pulmonaire survenant normalement avec l’âge". En mars 2017, 60 millions de consommateurs épinglait déjà 46 produits d’entretien ménager, sources d’une "pollution majeure de l’air intérieur".

Homme ou femme, toute personne utilisant des produits de nettoyages contenant des agents chimiques serait donc concernée. Les scientifiques conseillent alors de remplacer ces produits par des chiffons en microfibres et de l’eau. Dans le même esprit, la mouvance zéro déchet les remplace déjà depuis longtemps par du savon noir ou de Marseille et du vinaigre blanc. Simple, mais efficace.

Plus de Actu