Les Derniers Jedi, un film ultra-léché

Les Derniers Jedi ©Prod
Les Derniers Jedi ©Prod
Teaser

Les Derniers Jedi reprend l’intrigue exactement là où l’avait laissée Le Reveil de la Force.

Un an après Rogue One, un épisode dérivé dont l’histoire se déroulait avant les événements du tout premier film de la saga sorti en 1977, Disney nous replonge cette année dans sa série principale. Les Derniers Jedi reprend l’intrigue exactement là où l’avait laissée Le Reveil de la Force, réalisé par J.J. Abrams en 2015. Rey a retrouvé les traces de Luke Skywalker sur une île mystérieuse et devra tout mettre en oeuvre pour le convaincre de venir en aide à la résistance, menée par sa soeur Leia, contre le nouvel ordre dirigé par Kylo Ren. Mais au-delà de l’histoire de ce huitième volet, qui devrait à coup sûr ravir tous les fans du monde entier (c’est parfaitement calibré pour), ce qui interpelle dans cet épisode réalisé par Rian Johnson (Looper), c’est de voir ce qu’est devenue la saga. S’il s’agit bien d’un film Star Wars, avec les Jedi, les sabres lasers et les combats spatiaux, on est surtout face à un produit Disney. Une entreprise qui jongle avec ses licences Star Wars, Marvel, Disney et Pixar et évite tous les faux-pas en restant dans une zone de confort souvent sans intérêt.

C’est joli, plutôt bien joué

Il est vrai qu’à l’époque de George Lucas, la saga versait déjà plus dans le produit marketing à gros budget que dans le space opera d’auteur. Mais il y a aujourd’hui un savoir-faire dans l’empire Disney qui fascine et effraye à la fois. Comme un robot intelligent qui arriverait à peindre La Joconde à l’identique, il manque malgré tout à ce film ultra-léché, où rien ne dépasse, un supplément d’âme. Un travail d’artiste, avec à sa tête un réalisateur moins préoccupé par le cahier des charges que par ses personnages et son intrigue. 
Résultat des courses, Les Derniers Jedi enchaîne les moments de bravoure, les répliques attendues et les twists prévisibles. C’est joli, plutôt bien joué, ça parle aux fans et presque exclusivement à eux. Mais derrière le culte, il y a un film froid, calculé. Le scénario de Rian Johnson n’est pas aussi ambitieux qu’il le voudrait. Et à chaque décision marketing, c’est l’intrigue qui perd toujours plus d’intérêt. Malgré les apparences, les gentils restent très gentils, les méchants sont très méchants. Le film tente à plusieurs reprises de brouiller les pistes, mais personne n’est dupe. Après, il faut vendre de la figurine, des peluches et des livres d’autocollants. Pour le réalisateur et son casting, il ne reste alors plus qu’une seule solution: simuler le danger (on n’a pas assez de ses 10 doigts pour compter le nombre de personnages qui risquent de mourir) et plus important, susciter une envie, aussi feinte soit-elle, pour le prochain volet. 

J (ou JJ pour les fans) Star Wars - Les Derniers Jedi. Réalisé par Rian Johnson avec Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac – 152’

 

Plus de Aucun nom

Les plus lus

Notre Selection