Trois cas suspects d’obsolescence programmée

Teaser

Des cas de désuétude planifiée existent également dans la mode, l'alimentation et la construction. Mais elle est parfois nécessaire.

On a tous déjà regretté la mort prématurée d'une télévision, d'un smartphone ou d'un grille-pain. Mais l’obsolescence programmée ne se limite pas aux appareils électriques et électroniques. D'autres produits tombent en ruine trop rapidement.

Dans la mode

Les vêtements et les chaussures sont programmés à différentes formes d'obsolescence. D'abord, psychologique. La mode est l'achat impulsif par excellence. Valérie Swaen, professeur de marketing à l'UCL, explique : "L'industrie parvient à nous faire croire que nos vêtements ne répondent plus à nos besoins pour des questions le look. Or la mode évolue de façon continue. Nos achats ne s'arrêtent donc jamais." Ensuite, différents cas d'obsolescence planifiée ont déjà émergé. Dans les années 40, illustre l’experte, les bas nylons et les collants étaient presque incassables. Les entreprises ont frôlé les faillites et ont donc modifié la formule afin de donner "plus de souplesse" aux produits, disait l'industrie. Les bas se sont soudainement mis à filer…

Dans l'alimentation

Les dates de péremption des produits alimentaires s'apparentent en quelques sortes à de l'obsolescence programmée. Dans certains cas, évidemment, elle est nécessaire pour des raisons de santé publique. Pour comprendre cette obsolescence, il est toutefois essentiel de maitriser les terminologies. Pour rappel, la date limite de consommation indique que le produit n'est plus consommable après l'échéance tandis que la date limite d'utilisation optimale n'est qu'une valeur indicative après laquelle le produit pourrait perdre en qualité, sans s'avérer dangereux. En 2013, le Centre européen de la consommation a toutefois affirmé que certains industriels raccourcissaient la durée de vie des produits en indiquant des dates plus rapprochées alors que les produits étaient encore consommables… Mais cela est difficile à prouver.

Dans la construction

Personne n'aurait imaginé que l'obsolescence programmée pourrait concerner le secteur du bâtiment. C'est pourtant ce que craint le bureau d'études AI Environnement. Pas de panique, votre maison ne risque pas de s'écrouler. Cette obsolescence consisterait plutôt en la construction de bâtiments dont les critères de performance, notamment énergétique, soient dépassés à peine le chantier terminé. Notamment, souligne l'agence, car la Directive européenne en vigueur souhaite que d'ici 2021, tous les nouveaux bâtiments soient à consommation énergétique quasi nulle. Autrement dit : un bâtiment construit aux normes 2017 pourrait être désuet en 2021.

Plus de Les +

Notre Selection